Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 140.djvu/189

Cette page n’a pas encore été corrigée


le long des colonnes glabres et nues avec l’anxiété de Tannhauser considérant si sur son bâton il ne va pas bientôt pousser des fleurs… A mesure que la feuille d’acanthe grecque se détend, s’assouplit, se déroule et s’enroule, comme elle faisait dans le ravin sous la rosée, à mesure que des tiges apparaissent, serpentent et vont fleurir sur les chapiteaux, il s’émeut, il reconnaît le souvenir de la Nature, il crie : la voilà ! la voilà ! Il applaudit, dans le byzantin, « à la délicatesse de la subdivision que la Nature nous enseigne par la feuille de persil et, dans le gothique, à la feuille de chêne, d’épine et de ronce. » Il loue les architectes du Palais Ducal de chercher la largeur du feuillage, afin de l’harmoniser avec les larges surfaces de leurs murailles puissantes, comme la Nature se plaît elle-même à la fraîcheur vive de la large feuille, d’oseille ou de nénuphar… Il demande enfin qu’on « place l’ornement végétal le plus exubérant là où la Nature elle-même l’aurait placé. Ainsi, l’ornement végétal du chapiteau corinthien est beau parce qu’il s’épanouit sous l’abaque exactement comme la Nature l’aurait fait épanouir et parce qu’il apparaît comme s’il sortait réellement d’une racine, encore que cette racine reste cachée à nos yeux… »

Et comme il n’est rien dans la Nature d’incolore, ni de monochrome, il faut à ce paysagiste-architecte des édifices coloriés du haut jusques en bas. Non pas qu’il veuille que des lignes rouges ou bleues soulignent les jointures des blocs de pierre ou les cannelures des colonnes, comme des brandebourgs reproduisant sur le vêtement les côtes du squelette humain, mais bien au contraire que des teintes diverses et vives s’entre-croisant et se pénétrant tour à tour, ainsi que les couleurs d’un blason, jouent sur toute la surface bâtie comme elles jouent dans la Nature, voilant doucement, sans la cacher, l’ossature intérieure du grand corps de pierre organisé.

Autrefois on peignait ainsi jusqu’aux simples maisons. A Venise :

Les armes de la famille étaient blasonnées en leur » propres couleurs, mais, je pense, généralement sur un fond de pur azur. La couleur bleue est encore demeurée derrière les blasons dans la casa Priuli et un ou deux des palais qui sont restés sans restauration, et le fond bleu fut employé aussi pour rehausser les sculptures des sujets religieux. Enfin toutes les moulures : capitales, corniches, meneaux, cornes, étaient soit entièrement, soit à profusion, couverts d’or.

La Nature le veut ! Elle fait plus que le vouloir : elle nous