Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 140.djvu/173

Cette page n’a pas encore été corrigée


Pratiquée dans une usine nouvelle en vue de la formation d’un personnel, la sélection ira de soi, car une administration a toujours le droit d’accepter ou de rejeter tout ouvrier nouveau qui se présente à l’embauchage ; il n’en sera plus de même si, dans les visites périodiques imposées à un personnel ancien, on découvre l’existence d’une prédisposition méconnue au début, ou produite depuis lors.

Dans ce cas, deux partis sont à choisir : ou bien l’ouvrier sera purement et simplement congédié avec ou sans indemnité, ou il sera affecté, pendant toute la durée de son incapacité, à un service annexe de l’usine non exposé aux émanations nuisibles, cartonnages, collages, débitage de bois, de bougies, etc., à la condition que ceux-ci soient rigoureusement isolés. De la sorte, l’ouvrier menacé sera dirigé vers l’un de ces ateliers où sa sécurité devra être aussi complète que s’il était hors de l’usine. Cette méthode, c’est la répartition des emplois, complément de la sélection.

Enfin, il est un dernier procédé également complémentaire, et qui peut être utilisé suivant des indications spéciales, c’est l’alternance des emplois en raison de laquelle un ouvrier, un trempeur par exemple, ne sera maintenu dans son poste que pendant une période déterminée, alternant avec une autre besogne, à l’abri des vapeurs.

C’est ainsi que l’hygiéniste, armé de la sorte, peut prétendre à l’assainissement immédiat de toute usine quelconque.

A celle qui est particulièrement malsaine, la sélection ouvrière enlèvera peut-être le quart ou le tiers du personnel, mais le groupe restant sera indemne. Seul le phosphorisme, mais le phosphorisme latent, pourra persister ; la nécrose est impossible. A l’usine déjà en possession d’un certain degré d’assainissement et où le personnel est moins prédisposé, le sacrifice numérique sera moindre et le résultat identique : suppression de la nécrose.

Comment, dès lors, pourra-t-on douter de l’efficacité absolue de cette combinaison des deux moyens appliqués concurremment, puisque l’emploi d’un seul des deux est capable de donner un résultat complet ?


Qu’on nous permette, en terminant, en manière de résumé, de constituer par la pensée l’usine d’allumettes au phosphore