Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 140.djvu/105

Cette page n’a pas encore été corrigée


Voyons donc ce qu’il nous faudrait à cet égard dans le cas du duel anglo-français, et le calcul, au reste, est fort simple :

1° 4 divisions composées de 1 croiseur de 4 000 tonneaux, — type Descartes, — et de 3 croiseurs de 2 000 tonneaux, — type d’Estrées, — pour tenir la mer de Chine, l’océan Indien, le Pacifique, les Antilles, y ruiner le commerce ennemi, menacer ses places maritimes, les rançonner au besoin, et en même temps couvrir les nôtres. Forcément inférieures en nombre à leurs adversaires, ces divisions devraient avoir l’avantage de la vitesse et celui du rayon d’action.

2° 8 grands croiseurs-corsaires pour l’Atlantique Nord ; 2 (alternativement en croisière et en ravitaillement) par faisceau de routes de navigation convergeant vers l’Angleterre (Saint-Laurent-Canal du Nord, New-York-Queenstown ; Bahama-Manche ; Bahia-Cap Vert-Cap Finisterre-Ouessant). Ces croiseurs seront des navires de 10 000 à 12 000 tonnes, ayant comme poids de combustible le quart de leur déplacement environ et une vitesse de 23 à 24 nœuds.

3° 2 autres grands croiseurs, mais de 8 000 tonnes seulement, pour la mer du Nord. Comme les précédons, ces navires auront une vitesse qui leur permettra d’échapper au Power ful et au Terrible anglais, soit 23 nœuds au moins.


VI

Récapitulons les divers élémens actifs de la flotte militaire ainsi logiquement constituée, et, abordant la question financière, cherchons, par la comparaison des élémens de cette flotte idéale avec ceux de la marine actuelle, à nous rendre compte de l’effort qu’il conviendrait de demander au pays.

Pour les escadres d’opérations, au nord et au midi, nous avons admis :

32 cuirassés d’escadre ou grands croiseurs cuirassés, jaugeant ensemble environ 300 000 tonnes ; 28 éclaireurs, jaugeant 84 000 tonnes ; 12 avisos-torpilleurs et 56 torpilleurs de haute mer, faisant en tout 18 000 tonnes à peu près.

Pour la défense des côtes :

30 avisos torpilleurs, soit 15 000 tonnes, et 360 torpilleurs côtiers de 1re et 2e classe, soit 25 000 tonnes. Quant aux garde-côtes, il est entendu que ce sont les unités de combat démodées.