Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 136.djvu/667

Cette page n’a pas encore été corrigée


l’unique dessein de rendre la natalité plus forte. Mais il ne convient pas non plus d’exagérer une tendance qui, légitime et conforme à la marche de la civilisation si elle est contenue dans de justes limites, deviendrait fort dangereuse si elle était exagérée. Or c’est cette exagération que produit inévitablement le féminisme à outrance.

L’égalité des sexes est une expérience sociale de plus pour les colonies australiennes : elles n’hésitent devant aucune. Si elles méprisent les erremens du vieux monde, elles devraient cependant ne pas oublier que leur propre grandeur, la prospérité économique qu’elles ont si rapidement atteinte, leur est venue de l’initiative individuelle, de l’énergie de leurs colons, de ces qualités qu’elles ne peuvent qu’énerver en plaçant tous les citoyens sous la tutelle efféminante de l’Etat, et qui leur permettraient assurément de surmonter la crise où des exagérations de spéculation les ont jetées depuis quelques années. On voudrait espérer que toute cette législation aventureuse n’est qu’une maladie passagère due à une croissance trop hâtive, et que le bon sens pratique de la race anglo-saxonne empêchera l’Australasie de s’engager plus avant dans cette voie. Si elle le faisait, si elle compromettait gravement ainsi son avenir, l’Europe sera peut-être du moins instruite par son exemple : c’est pourquoi nous avons cru qu’il n’était pas sans quelque intérêt d’étudier les expériences sociales auxquelles on se livre aux antipodes.


PIERRE LEROY-BEAULIEU.