Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 136.djvu/530

Cette page n’a pas encore été corrigée


territoriale. A quoi l’on ajoutera l’exemple de quelques départemens pris dans le nord, l’est, l’ouest, le centre et le midi de la France.


Du classement des professions.

Première question : comment, en combien de groupes, et d’après quel principe ou quelle méthode classera-t-on les professions ? car il y a plusieurs principes et plusieurs méthodes en présence. — Il y a la méthode psychologique, la classification recommandée par les encyclopédistes, par Diderot et d’Alembert, où les professions sont rangées « quant à leur dépendance vis-à-vis des trois facultés de l’entendement : mémoire, imagination et raison. » — Il y a la classification économique de Charles Dupin, fondée sur les besoins matériels de l’homme. — Il y a la classification en même temps politique et économique, ou politico-sociale, de Bluntschli. — Il y a la classification physiologique de M. le docteur Bordier, « en professions manuelles et professions cérébrales. » Il y a la classification scientifique de M. Guillaume de Greef, les professions groupées selon que leurs procédés se rapportent aux mathématiques, à la physique, à la chimie, etc.

Il y en a d’autres encore, assurément ; si donc nous faisions de la théorie pure, nous n’aurions, entre elles, que l’embarras du choix. Mais nous ne faisons point de l’art pour l’art : nous faisons de l’art pour la vie ; et il nous importe moins de savoir ce que vaut théoriquement ou absolument telle ou telle de ces classifications, — ce qu’elle vaut pour l’art, — que de savoir ce qu’elle vaut pratiquement et relativement, — c’est-à-dire pour la vie, pour la politique. Quel que soit le fondement de la méthode, psychologique, physiologique, scientifique ou économique, il nous importe peu pour la vie, pour la politique. L’essentiel est qu’elle fonctionne, qu’on ne puisse pas objecter qu’elle « ne marchera pas » ; puis qu’elle « marche » ; et qu’elle atteigne, en somme, à une suffisante exactitude.

C’est le cas de la classification employée dans les statistiques. Elle comporte ordinairement huit groupes : agriculture ; industrie ; transports, postes et télégraphes ; commerce ; force publique ; administration publique ; professions libérales ; personnes vivant exclusivement de leurs revenus. On y joint quelquefois un neuvième groupe : la profession de « sans profession », ce qu’on appelle « la population non classée » (hôpitaux, prisons, etc.), et les gens de « profession inconnue ». Mais, au point de vue de l’organisation du suffrage, on peut négliger ce neuvième groupe et ne retenir que les huit premiers. D’autre part, comme l’armée active