Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 136.djvu/222

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





REVUES ÉTRANGÈRES



__________



l’œuvre posthume de robert louis stevenson [1]


« Weir of Hermiston s’arrête brusquement à l’entrée du neuvième chapitre : c’est, je crois, le matin même du jour de sa mort que Stevenson en a dicté les dernières phrases. Et ainsi ce Weir reste, dans son œuvre, un simple fragment, comme dans l’œuvre de Dickens le Mystère d’Edwin Drood, et Denis Duval dans celle de Thackeray. Mais son importance littéraire est pour nous relativement plus grande : car, si les fragmens d’Edwin Drood et de Denis Duval tiennent une place fort honorable parmi les écrits de Dickens et de Thackeray, parmi ceux de Stevenson le fragment de Weir tient incontestablement la première place. »

C’est en ces termes que M. Sidney Colvin, conservateur des estampes au British Muséum, et l’un des plus intimes confidens de Robert Louis Stevenson, présente au public anglais l’ouvrage posthume de son ami ; et pour fort que soit l’éloge, peut-être n’est-il pas excessif. Je ne me souviens pas, en effet, que l’auteur du Cas du docteur Jekyll, du Prince Otto, et de l’Île au Trésor ait jamais rien écrit de plus intéressant que ce fragment de Weir of Hermiston, ni qui donne de son talent une plus haute idée. Mais c’est à la condition de prendre d’abord ce fragment pour ce qu’il est, et de ne le point juger, par exemple, comme nous jugeons Edwin Drood ou maints autres romans inachevés. Ceux-là ont beau être inachevés, les morceaux qui nous en restent n’en ont pas moins reçu de leurs auteurs leur forme définitive : tandis qu’à considérer de cette façon le dernier roman de Stevenson, nous ne saurions

  1. Weir of Hermiston, an unfinished romance, by R. L. Stevenson, 1 vol. ; Londres, Chatto and Windus. Sur Stevenson et ses romans, voyez les articles de Th. Bentzon, dans la Revue du 1er avril 1888 et du 1er septembre 1889.