Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 134.djvu/964

Cette page n’a pas encore été corrigée


inversement, s’ils ont repoussé les derviches et sont maîtres de la situation dans toutes les hypothèses, même les plus contraires, les motifs qui avaient été donnés à l’expédition sur Dongola disparaissent l’un après l’autre, et on ne comprend plus très bien à quel but elle tend.

Elle aura lieu pourtant, nous ne nous faisons pas d’illusion à cet égard : toutefois, on commence à se rendre compte en Angleterre des difficultés qu’elle rencontrera sur sa route et qui ne seront peut-être pas jusqu’au bout des difficultés purement locales. L’opposition avouée de la France et de la Russie est un embarras, et pourrait devenir quelque chose de plus ; mais on ne paraît pas assuré que l’adhésion de l’Allemagne, sur laquelle on avait le droit de compter lorsqu’il s’agissait de secourir l’Italie, sera maintenue et restera solide et sincère le jour où l’Italie se trouverait hors de cause. A ce moment, la manière dont les diverses puissances envisagent la situation de l’Egypte pourrait se modifier assez sensiblement, parce qu’elle se dégagerait de préoccupations que l’on peut considérer comme étrangères au sujet. L’occupation britannique de la basse Egypte n’inquiétait après tout que la Porte et la France : d’autres puissances encore, sans en excepter l’Italie elle-même, éprouveront à leur tour quelque inquiétude si la question est déplacée et si l’occupation anglaise remonte tout le cours du Nil, avec l’intention de réaliser un jour les rêves d’hégémonie africaine que l’on a attribués à certains chauvins, depuis le Caire jusqu’au Cap. Avant même d’aller si loin, on se heurterait à des intérêts qui paraissent devoir être défendus avec quelque énergie. C’est alors que nous aurions besoin d’un gouvernement qui n’eût pas son éducation politique à faire, et qui offrît aux yeux de tous certaines chances de durée. Un ministère placé entre la Chambre qui le soutient à peine et le Sénat qui le poursuit avec acharnement de ses ordres du jour de défiance serait peu en état de préparer les bonnes occasions, ou même d’en profiter si elles se présentaient spontanément.


FRANCIS CHARMES.

Le Directeur-gérant, F. BRUNETIERE.