Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 134.djvu/810

Cette page n’a pas encore été corrigée


Le règne de l’argent


VI. LA FINANCE, LA HAUTE BANQUE ET LE COSMOPOLITISME FINANCIER [1]


Nous avons entrepris d’étudier le rôle de l’argent et de ce qu’on appelle le « capitalisme » dans la société contemporaine, et cela, il est bon de le rappeler, moins au point de vue économique qu’au point de vue moral, au point de vue politique, au point de vue social. Même ainsi restreinte, la tâche reste assez vaste et assez lourde. Plus nous avançons, plus nous en sentons le poids ; pour la mener jusqu’au bout, il importe grandement de la délimiter.

Après avoir cherché s’il avait vraiment surgi, du fond de nos démocraties modernes, une féodalité nouvelle, et après nous être arrêtés devant les grandes compagnies qu’on nous donne comme l’incarnation du régime féodal, nous voici arrivés au cœur de notre sujet, en face de la puissance qu’on nous représente volontiers comme la suzeraine du monde contemporain, devant la finance dans laquelle la naïveté des simples et la haine des violens aiment à personnifier toutes les usurpations de l’or et toutes les iniquités sociales. C’est ici le centre du royaume de l’Argent. La finance, n’est-ce pas le donjon de la forteresse qu’assiègent bruyamment, de concert, les pamphlétaires de

  1. Voyez la Revue des 15 mars, 15 avril, 15 juin 1894, 15 février et 15 mai 1895.