Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 134.djvu/451

Cette page n’a pas encore été corrigée


Revue littéraire – L’histoire diplomatique et les livres de M. le duc de Broglie


Le nouveau livre de M. le duc de Broglie : la Mission de M. de Gontaut-Biron à Berlin [1], emprunte au sujet même qui y est traité un intérêt poignant. C’est au lendemain de nos désastres que M. de Gontaut recevait la mission d’aller représenter auprès du vainqueur la nation vaincue. Ce qu’une telle situation avait tout à la fois de pénible et de délicat, on le comprend assez pour qu’il ne soit pas besoin d’y insister. Mais en outre notre ambassadeur devait se heurter à des difficultés de toutes sortes. La paix mal affermie risquait chaque jour d’être compromise ou par quelque imprudence venue de chez nous ou par telle exigence intolérable et à laquelle nous n’aurions pu nous plier. En 1875 il s’en fallut de peu que tout ne fût remis en question. Ce qui compliquait encore la tâche de notre chargé d’affaires, c’était l’instabilité de notre politique intérieure, et cet état de division qui, ayant commencé d’éclater sous l’œil même de l’ennemi, ne devait plus cesser d’aller en s’aggravant. Par l’habileté de sa conduite et la dignité de son attitude M. de Gontaut sut se montrer à la hauteur des circonstances. Lorsque, rappelé en France, il vint prendre congé de l’empereur d’Allemagne : « Vous nous quittez ? lui dit le vieux souverain dont les yeux se mouillèrent de larmes. C’est une grande affliction pour moi. C’est à vous que nous devons les bonnes relations avec la France ; oui, ajouta-t-il, en prenant les mains de M. de Gontaut dans les siennes, c’est bien à vous ! » On n’imagine pas pour un diplomate un plus bel

  1. 1 vol. chez Calmann Lévy.