Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1895 - tome 130.djvu/89

Cette page n’a pas encore été corrigée


de banques particulières par actions. Elle essaya aussi de rétablir les paiemens en espèces en retirant graduellement les billets. A mesure que l’époque reculait, la Banque demandait moins de roubles-papier contre un rouble-argent ; les porteurs avaient ainsi intérêt à ne pas se précipiter aux guichets pour obtenir aussitôt du métal, puisque la quantité de celui-ci allait en augmentant. Mais la guerre de Pologne en 1863 arrêta cette opération bien commencée et qui n’a pas été reprise depuis lors. La guerre d’Orient, en 1877, acheva de jeter le désarroi dans la circulation russe ; plus de 400 millions de roubles de billets furent créés, en même temps que des emprunts extérieurs et intérieurs se succédaient. Un oukase de 1881 ordonna le retrait et la destruction de ces 400 millions, mais n’a pas été exécuté entièrement, puisqu’une partie de cette somme a continué, pendant de longues années, à figurer au passif du compte ; des opérations commerciales de la Banque et vient d’être définitivement inscrite au compte de l’émission, dont le chiffre dépasse aujourd’hui le milliard.

La valeur du rouble-papier subit pendant cette période des fluctuations violentes, et c’est à la veille même de la restauration financière, en 1888, que la cote la plus basse fut enregistrée : le rouble tomba alors un moment à 2 francs. Sous l’influence d’excellentes récoltes et du relèvement si remarquable du crédit public qui suivit les emprunts émis à Paris, le change remonta en 1890 à 3 fr.30, pour retomber ensuite et se fixer aux environs du prix actuel de 2 fr. 70. Le gouvernement s’efforce par tous moyens en son pouvoir de maintenir dans les limites les plus resserrées possible les oscillations du rouble, dont c’est ici le lieu de chercher à établir la valeur métallique future : le ministre lui-même déclare en effet que « pour mettre le système de circulation sur un pied vraiment normal il n’existe qu’une voie, dans laquelle il serait d’ailleurs prématuré de s’engager, la reprise des paiemens en espèces [1]. » Quel poids d’or ou d’argent compte-t-il donc prendre comme unité monétaire ?

Nous avons, pour résoudre ce problème, une série d’indications précieuses qui nous permettent de dégager certaines inconnues et de nous rapprocher presque à coup sûr des probabilités qu’il est permis d’entrevoir. Rappelons tout d’abord ce fait bizarre au premier abord, mais facile à expliquer dès qu’on y réfléchit, que le rouble-papier a aujourd’hui, d’après le cours même auquel il est coté sur les places étrangères, à Paris par exemple, une

  1. Rapport sur le budget de 1895.