Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1895 - tome 130.djvu/834

Cette page n’a pas encore été corrigée


si elle n’a pas produit des citoyens qui font ce qu’ils doivent faire, a produit des gens qui peuvent savoir ce qu’ils font. Il y a beaucoup moins d’hommes de 21 ou de 25 ans complètement illettrés que de 55 ans et au-dessus, et peu à peu, la vie efface et redresse l’erreur des visionnaires de 1848, l’erreur d’avoir fait « à l’enfant qui ne sait pas parler » le funeste cadeau du suffrage universel, quitte à être scandalisés, au bout de quelques semaines, que l’on n’eût pas encore « appris à lire au peuple ! »

Et là non plus il n’y a pas de loi à faire, ni d’examen électoral à instituer, ni de subterfuge à inventer, pour retirer aux illettrés le moyen de voter sans leur retirer le droit de vote. Il n’y a qu’à laisser aller le temps et couler la vie. C’est le cas de se rappeler le précepte ancien, et de « donner du temps au temps. » Mais que l’on se persuade bien que, lors même que le dernier illettré aura fini par disparaître du corps électoral, le suffrage universel sera resté, politiquement, à peu près aussi incapable, et ne sera pas devenu du coup ce qu’il faut qu’il devienne, pour que l’État moderne soit l’État à la fois très stable et très progressif qu’il veut être.

Toute innovation, toute réforme, en politique, doit être considérée et jugée d’un triple point de vue : quant à sa « possibilité », à la facilité de son introduction ou de son exécution ; quant au changement qu’elle apporte dans les institutions, au trouble dans les habitudes ; quant à son rendement, à l’effet utile qu’elle peut donner.

Si, de chacun de ces points de vue, l’on examine chacun des expédiens ou palliatifs proposés, voici ce qu’on en retiendra :

L’éducation du suffrage universel est facile à décréter, mais difficile à faire ; elle ne causerait ni changement ni trouble, mais rendrait moins qu’on n’en attend. Le vote obligatoire serait, aussi, facile à inscrire dans la loi, une fois son principe accepté, mais le principe en est, pour nous, inacceptable, en l’état actuel du suffrage. Une fois même ce principe accepté, le vote obligatoire serait difficile à faire fonctionner, faute d’une sanction pratique ; s’il rendait un peu, il jetterait du trouble dans les habitudes et trop de trouble pour ce qu’il rendrait.

Le scrutin de liste pourrait être sans trop de difficulté substitué au scrutin d’arrondissement ; ce serait changer une fois de plus la législation, mais peu changer aux habitudes : et cette substitution rendrait davantage, mais à elle seule pas assez. — Le vote public serait très difficile à substituer au vote secret, changerait trop aux habitudes et peut-être ne rendrait pas grand’chose. — Limiter les dépenses électorales serait sans doute plus facile à