Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1895 - tome 130.djvu/438

Cette page n’a pas encore été corrigée


oriental ; les carrières qui le fournissaient n’étaient pas éloignées du site de Khoutenaten. En d’autres endroits se dressaient des colosses en granit ou en quartz dont on n’a que les restes ; ailleurs des stèles en albâtre étaient érigées, semblables par leur forme aux stèles arrondies par le sommet qui étaient devenues si fort à la mode sous la XVIIIe dynastie, mais qui s’en distinguent par une décoration nouvelle alors, qui d’ailleurs ne survécut pas à cette période extraordinaire et si courte : en haut rayonne un disque et, de son orbe, en guise de rayons, se tendent des bras multiples qui atteignent les offrandes déposées sur la table ou présentent le signe de la vie au roi qui l’aspire.

A droite de l’entrée s’étendaient également des bâtimens dont il ne reste plus que des débris, et il faut renoncer jusqu’à nouvel ordre à en rechercher la destination. Quelques-uns d’entre eux étaient soutenus par des colonnes et ornés de peintures reproduisant certaines plantes. Quand on les avait traversés en se dirigeant vers le sud, on arrivait à un mur très épais présentant une ouverture unique, laquelle permettait l’entrée dans une vaste cour. Le côté bas de cette cour était occupé par une double série de chambres précédées de colonnes : la première série s’ouvrait sur l’ouest, comprenant deux appartemens et était suivie d’une double rangée de dix piliers carrés ; la seconde s’ouvrait sur l’est, comprenant également deux appartemens, et avait en face d’autres chambres en nombre égal, mais simples. Il est probable que ces chambres ne rentraient pas dans le plan primitif, et n’avaient été construites que faute d’espace pour contenir les approvisionnemens nécessaires au palais. Après cette grande cour on entrait dans une autre cour intérieure contenant vingt-six piliers carrés, disposés sur trois côtés. De chaque côté étaient deux grandes chambres contenant chacune quarante piliers massifs, disposés sur quatre rangs : c’était là que le roi pouvait goûter les plaisirs de la richesse. Au fond de la cour intérieure, qui avait 43 mètres de côté, une dernière porte, large de 3m, 394 donnait entrée dans une véritable forêt architecturale. La salle était longue de 71m,768 et large de 129m, 027 : elle est remplie par 544 piliers carrés rangés sur deux côtés, soit 272 pour chaque côté, 16 de front en chacune des 17 rangées. Les rangées de piliers étaient distantes entre elles de 2m, 717, et les piliers n’ont pas moins de 1m, 320 de côté. Ils étaient faits en briques ; la brique avait été recouverte d’un enduit de plâtre que l’on avait peint en jaune, et sur ce fond se détachaient des vignes avec leurs feuilles et leurs grappes de raisin. Tous les piliers de cette dernière construction atteignaient le chiffre de 730. Cette masse énorme formait une retraite délicieuse pendant