Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1895 - tome 130.djvu/386

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LES THÉORIES DE LA CHALEUR

___________

II [1]



LES CRÉATEURS DE LA THERMODYNAMIQUE

__________


I

Au moment où Laplace proposait aux investigations des physiciens l’attraction moléculaire — explication ultime des phénomènes terrestres comme l’attraction newtonienne est la cause dernière des mouvemens célestes — un jeune homme de vingt-huit ans, fécondant par ses méditations personnelles la théorie de la chaleur, en faisait sortir l’une des plus grandes découvertes qu’ait jamais enfantées la philosophie naturelle. La science dont il posait les premiers principes allait ruiner l’hypothèse du calorique et supplanter la doctrine de l’attraction moléculaire ; elle allait couler, pour ainsi dire, la physique dans un moule nouveau ; elle allait la contraindre à prendre enfin conscience de la véritable portée de ses méthodes, du sens exact de ses lois.

En 1824, Sadi Carnot publiait ses Réflexions sur la puissance motrice du feu.

Sadi Carnot déclare quelque part, dans cette brochure, qu’il suppose son lecteur « au courant des derniers progrès de la physique moderne, en ce qui concerne les substances gazeuses et la chaleur. » Ces progrès, il en avait assurément une connaissance approfondie ; les nombreux renvois qu’il fait aux écrits de Laplace, de Poisson, de Desormes et Clément, de Gay-Lussac et Welter,

  1. Voyez la Revue du 15 juin.