Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1895 - tome 130.djvu/179

Cette page n’a pas encore été corrigée


Les salons de 1895


LA SCULPTURE [1]


Lorsqu’on s’est promené un certain temps parmi les six cents figures de marbre et de plâtre, plus ou moins dégingandées, qui se groupent en files pressées entre les plate-bandes du palais des Champs-Elysées, et que l’on tombe, épuisé, sur quelque banquette hospitalière, on distingue, si je ne m’abuse, dans la multiplicité des sensations qui accompagnent d’ordinaire un pareil exercice, deux impressions dominantes : la première est que, depuis les grands jours du moyen âge et du XVIIe siècle, depuis les constructions passionnées d’églises gothiques et de palais classiques, jamais peut-être l’école française n’a été en mesure de fournir plus d’ouvriers habiles et de praticiens exercés dans l’art de tailler des images à ceux qui les sauraient employer ; la seconde, que cette multitude de sculpteurs, laborieux et bien éduqués, abandonnés à eux-mêmes par l’indifférence publique, dépensent le plus souvent, à tort et à travers, leur activité stérile en travaux insignifians, d’une virtuosité démodée, faute d’une direction intellectuelle et soutenue qui leur assigne une part utile dans le mouvement général des arts et leur fournisse des motifs d’inspiration plus sérieux et plus nouveaux.

Le morceau isolé de sculpture, celui qu’on peut déposer partout, suivant le hasard des circonstances, dans une galerie ou dans un jardin, sur une terrasse ou dans un musée, celui qui n’emprunte point ou qui n’apporte point à l’architecture

  1. Voyez la Revue du 1er juin.