Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1894 - tome 125.djvu/380

Cette page n’a pas encore été corrigée


Les syndicats industriels et les syndicats agricoles


L’Europe est-elle menacée, à bref délai, d’une nouvelle invasion de Barbares, sous la forme d’un soulèvement du prolétariat, qui renverserait partout l’autorité établie, abolirait la propriété individuelle et ferait partout table rase des institutions existantes ? Et si l’Europe échappe à ce bouleversement universel que d’aucuns déclarent imminent, est-elle destinée à voir son agriculture, son commerce et son industrie disparaître sous la concurrence victorieuse des Etats-Unis ? Aux pessimistes qui tiennent ce langage, nous recommandons la lecture d’un nouvel ouvrage de M. Maurice Block : l’Europe politique, économique et sociale. Le savant académicien ne croit ni à l’extension ni surtout au triomphe des sectes socialistes dont il discute les doctrines avec infiniment de logique et de vigueur. Rien n’ébranle sa confiance, peut-être excessive, dans le pouvoir de la vérité, du raisonnement et du bon sens. En même temps, les faits qu’il signale et les chiffres qu’il accumule, attestent dans toutes les régions de l’Europe, même les moins favorisées, un progrès continu que démontrent l’accroissement de la population, la multiplication des industries, et le développement de la fortune publique et privée. Ce progrès incessant ne peut manquer d’ajouter à la force de résistance de nos vieilles sociétés et, ce qui vaut mieux, de désarmer bien des hostilités par une diffusion plus générale du bien-être.

C’est, suivant son expression, à une sorte d’examen de conscience social que M. Block convie ses lecteurs en étendant ses