Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 120.djvu/669

Cette page n’a pas encore été corrigée


des Indes et chargés de pèlerins. Vers la fin d’avril, le choléra sévissait à la Mecque et à Médine. La mortalité déjà, si considérable s’accrut encore à l’Arafat et à Minah pendant les jours de fête. Les médecins envoyés d’Egypte trouvèrent des cadavres dans les rues et dans les mosquées. Plus d’un tiers des pèlerins, c’est-à-dire 30 000, succombèrent au choléra. La marche de la maladie montre que partout elle a accompagné les pèlerins. L’Egypte fut, en raison de sa proximité avec la Mecque, le premier pays attaqué. Du 19 mai au 10 juin, c’est-à-dire en 23 jours, 10 bateaux a vapeur ont débarqué à Suez de 12 000 à 15 000 pèlerins.

Sur de fausses déclarations des capitaines, la libre pratique fut accordée aux bateaux à Suez. Or, le Sidney, vapeur anglais, avait perdu plusieurs cholériques pendant la traversée. Le premier bateau débarqué le 19 mai à Suez avait jeté des morts à la mer. Le 21, quelques cas de choléra se déclarèrent dans cette ville ; dans le nombre, le capitaine du bateau et sa femme.

Les 12000 ou 15000 pèlerins que nous avons vus passer la Mer-Rouge pour aller à Suez, (à ce moment, le canal n’existait pas encore,) traversèrent l’Egypte en chemin de for et allèrent camper près du canal Mahmoudié, à Alexandrie. Fêtés selon l’usage par les Arabes du voisinage, les Hadjis leur communiquent la maladie. Le 2 juin éclate un premier cas à Alexandrie ; deux autres le 5. En deux mois, le choléra fit 4000 victimes à Alexandrie et 60000 en Egypte en moins de trois mois.

La population étrangère surtout, terrifiée, émigra en masse et alla porter dans le monde entier les germes de la maladie. Comme nous l’avons vu depuis, en 1883, elle s’enfuit par toutes les voies qui s’ouvraient devant elle. Européens, Levantins, au nombre de 30000 à 35000, se dirigent vers tous les ports de la Méditerranée. Le choléra va se développer à Constantinople, à Smyrne, à Beyrouth, en Mésopotamie, sur la mer Noire, Kustendjé, à Odessa, porté jusqu’à New-York et à la Guadeloupe par des bateaux à vapeur et apparaissant dans le port après que le navire y a débarqué. Tous les ports qui, comme Beyrouth, Marseille, Constantinople, reçoivent des arrivages d’Alexandrie deviennent le point de départ de nouvelles émissions. Une malade quittera Marseille et apportera en quelques heures le choléra à Paris.

Je me suis attaché, dans l’étude de l’épidémie de 1865, comme dans les relations précédentes, à montrer surtout la route de l’épidémie à son début et à établir nettement la filiation des premiers cas. C’est alors seulement que la marche de la maladie peut être d’un enseignement utile. Mais lorsque l’épidémie est parvenue au centre de l’Europe, l’enchaînement des faits devient plus