Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 120.djvu/666

Cette page n’a pas encore été corrigée


1846, au moment où les communications avec le Turkestan n’existaient pas, avec l’épidémie de 1892, après l’ouverture du chemin de fer transcaspien.


VIII. — L’EPIDEMIE DE BAKOU DE 1892. — RAPIDITÉ DE SA MARCHE. — LE CHEMIN DE FER TRANSCASPIEN.

Le choléra qui s’est montré le 4 juin 1892 à Bakou existait déjà depuis quelques mois dans le Turkestan. Bien que la marche de cette épidémie rappelle celle de 1823, de 1830 et 1846, il y a cependant quelques différences, différences qui s’expliquent en songeant que la route des caravanes, suivie à ces différentes époques, n’était pas la même que le tracé du chemin de fer transcaspien.

Comme je le disais dans mon traité de La défense de l’Europe contre le choléra : la conquête russe va imprimer à ces contrées (le Turkestan) une transformation absolue. Le gouvernement russe devra alors instituer des mesures sanitaires sérieuses pour protéger l’Europe contre cette voie nouvelle et rapide ouverte à l’invasion épidémique.

Déjà à la fin de 1891, au mois de décembre, on parlait de quelques cas de choléra dans la petite ville de Djellahahad, située près de Caboul a moitié chemin entre cette ville et Peschawer. La maladie s’étendit et elle gagna la célèbre ville de Hérat le 22 février 1892. Les habitans s’enfuirent et disséminèrent le choléra. Le 27 mai il était signalé à Mesched, capitale du Khoraçan ; il prit alors deux directions différentes : la première du côté de la l’erse, et l’autre du côté du Turkestan russe. Nous ne nous occuperons que de cette dernière, la première répétant les épidémies antérieures, les moyens de communication étant restés les mêmes en Perse. La maladie suivit alors avec rapidité la direction du chemin de fer transcaspien, se montrant d’abord à Askabad, station du chemin de fer transcaspien, et bientôt à Ouzoum Ada, tête de ligne sur la côte orientale de la mer Caspienne. Elle n’avait plus qu’à franchir cette mer. Ce fut l’affaire de quelques heures. Le 4 juin le choléra était à Bakou.

Mais d’où venait elle-même cette épidémie de l’Afghanistan ? Celle région est voisine de l’Inde anglaise avec laquelle elle a des communications incessantes. Le pays de Kachmir avait été ravagé peu de temps auparavant par le choléra ; sa capitale, Serinagar, présentait une mortalité considérable. Il semble donc probable que l’Inde a été le point de départ de l’épidémie de l’Afghanistan, qui a ensuite gagné la Russie.

Quoi qu’il en soit, l’épidémie de l’Afghanistan de 1891-1892 a mis près de six mois pour, des bords de l’Indus, gagner la mer