Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 120.djvu/578

Cette page n’a pas encore été corrigée


besoin, le soufre, par exemple, le sulfate de fer ou de cuivre dans les pays viticoles. Ils livrent à leurs adhérons toutes ces substances d’une qualité plus pure, plus certaine du moins et à moindre prix que les agriculteurs isolés n’auraient chance, d’ordinaire, de les obtenir dans le commerce.

Ces syndicats, qui ont obtenu le plus grand succès, sont-ils, à vraiment parler, des sociétés coopératives ? On peut leur attribuer ce caractère ; ce sont plutôt, toutefois, des agences mutuelles qui réussissent d’autant mieux que leur but est plus précis et plus circonscrit. Peut-être, à la longue, certains de ces syndicats deviendront-ils le pivot d’un mouvement coopératif, embrassant le crédit agricole et la vente des denrées produites par leurs membres. Quelques-uns l’ont essayé, notamment pour le crédit. Ce sera pour eux une épreuve délicate.

Si l’on veut vraiment fonder le crédit agricole en France, ou n’a le choix qu’entre le type des sociétés Schulze-Delitzsch et le type des sociétés Raiffeisen, l’un s’inspirant plus des notions économiques, l’autre des sentimens charitables ; l’un visant plus à l’émancipation, l’autre s’appuyant sur le patronage. En tous cas, il faut rejeter impitoyablement toute subvention, toute direction, toute suggestion même de l’Etat, il convient de procéder localement, suivant la méthode des petits districts. Nous avons décrit plus haut comment, par des moyens divers, Schulze-Delitzsch et Raiffeisen sont arrivés au succès.


IV

Les expériences de la coopération dans les différons domaines depuis 1830 et surtout depuis 1844 sont maintenant assez nombreuses et assez anciennes pour qu’on puisse porter sur elles un jugement ayant bien des chances d’être définitif.

La coopération est un mécanisme ingénieux qui reproduit, à l’heure présente, l’évolution par laquelle ont passé les sociétés à leur premier âge. Elle groupe des hommes ayant plus de qualités personnelles que de capitaux ; grâce à une solidarité complète de droit ou tout au moins défait, elle leur permet d’émerger, d’améliorer leur position, dose faire parfois avec le temps une situation importante. La coopération est donc un excellent instrument de sélection.

Dans le domaine de la vente au détail, elle a obtenu des succès particulièrement remarquables ; elle a supprimé ou atténué plusieurs abus du petit et du moyen commerce, la majoration excessive des prix et la sophistication des marchandises. Dans celui