Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 119.djvu/839

Cette page n’a pas encore été corrigée


Le 9 septembre 1891, mourait dans sa villa de l’Antella, près de Florence, un des hommes d’État les plus éminens de l’Italie contemporaine, M. Ubaldino Peruzzi. Bien que depuis longtemps il ne fût plus au pouvoir, et qu’il n’appartînt pas aux opinions aujourd’hui triomphantes, sa mort a soulevé chez nos voisins l’émotion profonde qu’y excite toujours la disparition d’un des derniers représentai de la génération qui a fait l’Italie.

Chef du gouvernement provisoire toscan en 1859, puis ambassadeur en France, et en cette double qualité l’un des principaux auteurs de l’union de la Toscane avec le Piémont ; deux fois ministre, trente ans député, et dix ans syndic de Florence, et comme tel, mêlé à l’une des crises les plus graves qu’ait eu à traverser le nouveau royaume, ses grands services expliquent l’unanimité des hommages rendus à sa mémoire. Il méritait qu’une publication française vînt s’y associer. Ce n’est pas seulement en raison du rôle qu’il a joué, ni parce qu’il représente certaines tendances caractéristiques de l’Italie moderne. Mais surtout, si son nom n’avait pas en France la popularité bruyante que nous accordons