Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 119.djvu/162

Cette page n’a pas encore été corrigée


I. Die Verwaltung der Stadt Berlin, par Edgar Lœning, 1885. — II. Rapports décennaux de la présidence de police, 1871-1880 et 1881-1890. — III. Berliner Verbrecherleben, par C. Weien. — IV. Berliner Gauner, par Klaussmann. — V. Verbrecherwelt von Berlin, par O. Z. — VI. Die wahren Lehren des Heinze ‘schen Processes, par Th. Friedmann.


Si l’on consulte les chroniques berlinoises, on trouve qu’au lendemain de la guerre de Trente ans les deux villes sœurs de Berlin et de Kölln sur la Sprée étaient en pleine décadence : la population était descendue de 12,000 à 6,000 habitans ; sur les 1,209 maisons existantes en 1645, 350 étaient vides ; une partie en tombait en ruines, et, faute de propriétaires ou de locataires, ne payait pas l’impôt. Beaucoup de toits étaient couverts de chaume, les rues n’étaient pas pavées pour la plupart, celles qui l’étaient n’en valaient guère mieux. Les détritus étaient amoncelés devant les portes, au risque d’encombrer la voie publique, ou bien précipités dans la Sprée. Les égouts étaient obstrués et répandaient une odeur infecte. Les ponts menaçaient de s’écrouler ; ils étaient impassables pour les chariots lourdement chargés. Parmi les habitans, un bon nombre vivaient de l’agriculture et de l’élevage, et comme dans une petite localité rurale, des étables attenaient aux maisons. Les