Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 117.djvu/345

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


hommes et des hommes sur les événemens, ce qu’elle fut autrefois, ce qu’elle est maintenant. Histoires, légendes, us et coutumes, industrie, agriculture, voilà donc les principaux objets d’une étude où, avec les archives de nos villes, l’auteur a pris pour guides de nombreuses monographies éparses dans les mémoires de nos sociétés savantes, car s’il importe de rendre hommage aux ancêtres qui lentement, patiemment, dans une longue suite de générations, ont accru notre fortune réelle et idéale, il convient aussi de ne pas oublier leurs descendans, et en particulier ces penseurs, ces écrivains qui, satisfaits de renfermer leurs talens dans les limites de la province, scrutent pieusement nos annales, éclaircissent les points obscurs, portent partout la lumière, et, préparant d’admirables matériaux pour les histoires générales, donnent une base plus solide à la vérité, non sans doute à cette vérité absolue que nous poursuivons vainement dans le mirage du passé, mais à cette vérité relative et plus modeste, la seule que l’humaine myopie se puisse flatter d’atteindre[1].


I. — LA SÉQUANIE AVANT L’ÈRE CHRÉTIENNE ET JUSQU’AU XIe SIÈCLE.


Que messieurs les antiquaires discutent à perte de vue sur l’emplacement d’un camp romain, d’une ville très ancienne comme Antre, dont les ruines elles-mêmes ont péri, laissons-les quérir un grand peut-être, échafauder d’ingénieux systèmes, soutenir, par exemple, qu’une victoire de Jules César sur Vercingétorix aurait été remportée au Mont-Colombin, entre Avrigney et Gy (Haute-Saône), que la ville d’Alaise, où s’enferma le chef gaulois, était située dans le Doubs, affirment les uns, dans la Côte-d’Or, opinent les autres ; et, sans leur opposer Walter Scott ou l’auteur de la Grammaire, sans nier l’utilité de leurs doctes recherches, contentons-

  1. Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon, des Sociétés d’émulation du Doubs, de Montbéliard, Lons-le-Saulnier. — Annales franc-comtoises. — Bulletins des Sociétés d’agriculture du Doubs, de la Haute-Saône, de Poligny. — Louis Gollut, Mémoires de la république séquanaise. — Dunod de Charnage, Histoire du comté de Bourgogne et du diocèse de Besançon. — La Franche-Comté ancienne et moderne, par Hugon d’Augicourt, 2 vol. in-8o ; Besançon. — Clerc, Essai sur l’histoire de Franche-Comté, 2 vol. — Girardot de Beauchemin, Histoire de dix ans. — Rougebief, Histoire de Franche-Comté. — Castan, la Franche-Comté et le pays de Montbéliard ; Besançon et ses environs, 2 vol. — Tuefferd, Histoire des comtes de Montbéliard. — Jules Sauzay, Histoire de la persécution révolutionnaire dans le département du Doubs, 10 vol. — Collection des manuscrits Hugon de Poligny à la Bibliothèque du chapitre de Besançon, 14 vol. — Estignard, Portraits littéraires, 3 vol. — Henri Bouchot, la Franche-Comté. — Charles Roy, Us et Coutumes de l’ancien pays de Montbéliard. — Clément Duvernoy, Montbéliard au XVIIIe siècle, etc.