Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 114.djvu/76

Cette page n’a pas encore été corrigée


sommeil léthargique se produisit et l’expérience fut plusieurs fois répétée avec succès. Cependant, on pouvait craindre que l’idée du sommeil et par suite le sommeil lui-même ne fussent suggérés à Mme B… par la présence, par l’attitude, par le silence même de M. Gibert. M. Gibert se plaça donc dans une chambre voisine et recommença l’expérience. Le sommeil se produisit de nouveau. Quelque doute était encore possible. Mme B…n’ignorait pas la présence de M. Gibert dans la maison, elle savait aussi qu’il était venu pour l’endormir. On pouvait supposer à la rigueur que cela avait suffi pour la faire endormir spontanément au moment même où M. Gibert lui en donnait l’ordre. Il fallait prendre de nouvelles précautions. M. Janet entre un jour chez M. Gibert et le prie de commander à Mme B… de s’endormir sans sortir, lui, de son cabinet. Mme B… ne pouvait être prévenue, on ne l’avait jamais endormie à cette heure-là, et elle se trouvait à 500 mètres au moins de M. Gibert. « Je me rendis aussitôt après auprès d’elle, dit M. Janet, pour voir le résultat de ce singulier commandement. Comme je m’y attendais bien, elle ne dormait pas du tout ; je l’endormis alors moi-même en la touchant, et, dès qu’elle fut entrée en somnambulisme, avant que je lui aie fait aucune question, elle se mit à parler ainsi : « Je sais bien que M. Gibert a voulu m’endormir, mais quand je l’ai senti, j’ai cherché de l’eau et j’ai mis mes mains dans l’eau froide… je ne veux pas que l’on m’endorme ainsi… je puis être à causer… cela me dérange et me donne l’air bête. » Vérification faite, elle avait réellement mis ses mains dans de l’eau froide avant mon arrivée [1]. » Quelques jours plus tard enfin, on obtint un succès complet. De nouvelles précautions prises, par excès de prudence, s’il pouvait y avoir excès en de telles circonstances, les succès continuèrent, non pas sans interruption, mais d’une manière bien suffisante. Plus tard enfin, M. Janet essaya aussi de produire lui-même le sommeil à distance chez Mme B… il eut des réussites partielles d’abord, des réussites complètes ensuite.

Il est bon que des expériences de cette nature et de cette portée soient vues par plusieurs observateurs. M. Paul Janet, M. Charles Richet, M. Myers, de Cambridge, M. Ochorowicz et M. Marillier se rendirent au Havre, les expériences furent renouvelées devant eux, elles réussirent encore. M. Ochorowicz, qui fut convaincu, a raconté, dans l’ouvrage que j’ai déjà cité, les précautions minutieuses que l’on crut devoir prendre pour écarter autant que possible toute cause d’erreur. Enfin, M. Richet recommença, à Paris, sur le même sujet, les expériences de MM. Janet et Gibert. Sur

  1. Bulletins de la Société de psychologie physiologique.