Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 112.djvu/415

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


où s’élève Sancerre. Puis il vint auprès du duc Jean II de Bourbon, qui aimait les poètes, puisqu’il correspondait avec Charles d’Orléans. Les comptes de la maison de Bourbon sont malheureusement détruits, pour cette période. Nous y aurions trouvé à coup sûr note de la pension que Villon reçut de Jean II. La Requête en vers que le poète lui adressa pour avoir de l’argent montre bien que Villon en recevait habituellement. Mais il ne resta pas à la cour de Bourbon. Il alla, comme l’a reconnu M. Longnon, jusque dans le Dauphiné, à Boussillon, en dehors du royaume de France. Et il revint, toujours errant, incertain, ne sachant où se reposer. Dans l’été de 1461 il était prisonnier depuis de longs mois à Meung-sur-Loire, dans les prisons de l’évêque d’Orléans, Thibault d’Aussigny. Villon conseille aux enfans perdus dans sa ballade d’éviter Montpipeau, où fut compromis Colin de Cayeux. Montpipeau est une forteresse isolée, à dix kilomètres au nord de Meung. Probablement les coquillards, et François Villon avec eux, firent près de Montpipeau quelque vol ou quelque meurtre. L’ affaire devait être grave, car Villon fut mis à l’oubliette, au pain et à l’eau, et enferré. Jamais il ne pardonna à l’évêque d’Orléans. Il lui parut qu’on l’avait traité d’horrible façon. Il prétendit avoir subi dans ce cachot de Meung toutes les peines de sa vie. Il s’attendait à la prison perpétuelle, et il maudissait Thibault d’Aussigny.


Large ou estroit, moult me fut chiche.
Tel lui soit Dieu qu’il m’a esté.


Mais Charles VII, heureusement pour Villon, mourut le 22 juillet 1461. Pour le droit de joyeux avènement, Louis XI donna des lettres de rémission aux prisonniers des villes où il passa après son sacre. Ainsi, à Reims, à Meaux, à Paris, à Bordeaux. Il passa à Meung le 2 octobre 1461 . Nous n’avons pas la lettre de rémission qu’il accorda à François Villon. Elle nous aurait appris la série de ses délits et son dernier crime. Parmi les notes que le suppliant remit à la chancellerie royale, il dut indiquer l’affaire du collège de Navarre, pour laquelle il eut rémission, comme pour les autres. Villon ne se connaît plus de joie. Il remercie Jésus :

Loué soit-il, et Nostre-Dame,
Et Loys, le bon roy de France !


Il allait pouvoir rentrer à Paris et reprendre sa chambre au cloître Saint-Benoîi. Pourtant il écrivit le Grand Testament avant