Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 112.djvu/386

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ter leurs prérogatives. Les dimanches et fêtes, on couronnait ces bornes avec des « chapeaux » de romarin, et la nuit les écoliers dansaient autour « à son de fleutes et de bedons. » Ceux de la basoche s’étaient unis dans ces réjouissances avec les autres. Ils rompaient la nuit les enseignes à grand tumulte, en criant : « Tuez ! tuez ! » pour faire mettre les bourgeois aux fenêtres. Ils étaient allés aux Halles pour décrocher l’enseigne de la Truie Qui File, et l’un d’eux, tombant de l’échelle qui était trop courte, se tua sur le coup. À la porte Baudet, ils avaient pris l’enseigne de l’Ours, ailleurs le Cerf et le Papegault. Ils se proposaient de célébrer le mariage de la Truie et de l’Ours par-devant le Cerf, et d’offrir le Perroquet à la nouvelle mariée, en manière de présent de noces. À Vanves, ils avaient enlevé une jeune femme qu’ils maintenaient depuis dans leur forteresse. À Saint-Germain-des-Prés, ils avaient volé trente poules et poulets. Les bouchers de la montagne Sainte-Geneviève portaient plainte à la prévôté : les écoliers leur avaient emporté les crochets de fer où ils pendaient leurs pièces de viande. Enfin, ils s’étaient retranchés sur la montagne, dans l’hôtel Saint-Étienne, où ils avaient les enseignes, deux leviers pleins de sang, les crochets de fer, un petit canon et de grandes épées.

Cette étrange turbulence dura jusqu’au mois de mai 1453. Les écoliers « pullulaient, » disent les témoins, sur la montagne Sainte-Geneviève. Les bourgeois se lamentaient, et les marchands se complaignaient. Il est probable que François Villon, qui était encore à l’Université dans l’été de 1452, prit quelque part à ces réjouissances. Une tradition constante lui attribue de fameux tours qu’il fit sans doute pendant ces années joyeuses. Quelques-uns de ses compagnons composèrent là-dessus des contes en vers, qu’on nomme Repues franches, et qui ont été publiés sous le nom de François Villon jusqu’à ce que M. Longnon les ait résolument classés parmi les pièces justificatives. On voit par ces contes que Villon et ses amis escroquaient, pour dîner, du poisson à la poissonnerie, des tripes chez une tripière du Petit-Pont, du pain chez le boulanger, des pièces de viande à la rôtisserie, et du vin de Beaune à la taverne de la Pomme-de-Pin. Ce fameux « trou » de la Pomme-de-Pin était un cabaret de la Cité, dans la rue de la Juiverie, avec une double entrée dans la rue aux Fèves, non des mieux renommés, car, dès 1389, un commun larron, Jeannin-la- Grève, venait y faire, avec un sien camarade, la répartition d’une douzaine d’écuelles volées. Il demeura célèbre jusqu’au temps de Rabelais, et plus tard, avec toutes ses traditions de vie de bohème. Au temps où François Villon fréquenta cette taverne, elle était tenue par