Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 112.djvu/382

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


part de ses idées morales, à Eustache Deschamps le cadre de ses poèmes et sa forme poétique ; bien que, près de lui, Charles d’Orléans ait été un poète de grâce infinie et que Coquillart ait exprimé la nuance satirique et bouffonne du caractère populaire, c’est l’auteur des Testamens qui a pris la grande part de gloire poétique de son siècle. C’est parce qu’il a su donner un accent si personnel à ses poèmes que le style et l’expression littéraire cédaient au frisson nouveau d’une âme « hardiment fausse et cruellement triste. » Il faisait parler et crier les choses, dit M. Byvanck, jusque-là enchâssées dans de grandes machines de rhétorique qui branlaient sans cesse leur tête somnolente. Il transformait tout le legs du moyen âge en l’animant de son propre désespoir et des remords de sa vie perdue. Tout ce que les autres avaient inventé comme des exercices de pensée ou de langage, il l’adaptait à des sentimens si intenses qu’on ne reconnaissait plus la poésie de la tradition. Il avait la mélancolie philosophique d’Alain Chartier, devant la vieillesse et la mort ; la tendre grâce et les doux pensers d’exil du pauvre Charles d’Orléans, qui vit si longtemps éclore les fleurs des prairies d’Angleterre au jour de la Saint- Valentin ; le réalisme cynique d’Eustache Deschamps ; la bouffonnerie et la satire dissimulée de Guillaume Coquillart ; mais les expressions qui chez les autres étaient des modes littéraires, paraissent devenir chez Villon des nuances d’âme ; lorsqu’on songe qu’il fut pauvre, fuyard, criminel, amoureux et pitoyable, condamné à une mort honteuse, emprisonné de longs mois, on ne peut méconnaître l’accent douloureux de son œuvre. Pour la bien comprendre et juger de la sincérité du poète, il faut rétabhr, avec autant de vérité qu’il est possible, l’histoire de cette vie si mystérieusement compliquée.


I.



Il est impossible d’arriver à une certitude sur l’endroit où naquit François Villon, non plus que sur la condition de ses parens. Quant à son nom, il est probable qu’il faut accepter définitivement celui de François de Montcorbier. C’est ainsi qu’il figure sur les registres de l’Université de Paris. Une lettre de rémission lui donne le nom de François des Loges, et il devint connu sous celui de François Villon.

On sait aujourd’hui que ce nom de Villon fut donné au poète par son père d’adoption, maître Guillaume de Villon, chapelain de l’église Saint-Benoît-le-Bétourné. Ce chapelain, suivant un usage