Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 112.djvu/246

Cette page n’a pas encore été corrigée


Les valeurs turques, après avoir beaucoup monté pendant deux mois, subissent une certaine réaction, ou plutôt un tassement de cours. La dette générale, dernière série, s’établit à 20.60, la Banque ottomane à 590, après 600. L’assemblée des actionnaires de cet établissement s’est réunie à Londres le 29 juin. Il y a été voté pour 1891 un dividende de 17 fr. 50, qui représente 7 pour 100 du capital versé.

L’Extérieure d’Espagne a été très discutée, après une poussée violente qui l’avait portée à 68 francs. Ce fonds était à 60 il y a un mois. Le découvert avait exagéré la réaction, la poursuite du découvert a exagéré la reprise. Il ne s’était rien passé, au cours de juin, qui justifiât un tel changement de prix. Les acheteurs, obligés de renoncer à l’espoir d’une rapide entente commerciale entre la France et l’Espagne, ont dû se rabattre sur un projet d’emprunt de 150 ou 175 millions de pesetas, présenté aux cortès par le cabinet Canovas. Or ce projet d’emprunt est mal accueilli par l’opinion publique à Madrid. Fût-il adopté, il faudrait obtenir le concours d’un groupe financier étranger, ce qui peut nécessiter des négociations laborieuses ; l’opération enfin ne porterait pas sur un chiffre assez élevé pour couvrir la dette flottante, qui dépasse 300 millions de pesetas. Ajoutons que le change ne s’est pas amélioré depuis quinze jours. Ces considérations diverses ont provoqué une réaction de 68 à 65 francs. L’Extérieure s’est pourtant relevée ensuite à 66 francs.

Le 3 pour 100 portugais est de plus en plus délaissé. Le dernier cours est 2k pour 100. La situation financière du Portugal est très mauvaise et ne permettrait vraisemblablement pas le paiement même d’un tiers du coupon de juillet en or, si les porteurs de titres s’avisaient de l’accepter. La chambre syndicale a décidé d’exclure des négociations sur notre marché les titres portugais dont ce coupon aurait été détaché.

Les actions de nos grandes compagnies ont conservé à peu près intégralement la hausse acquise depuis un mois. Nous retrouvons le Lyon très ferme à 1,502.50, de même le Nord à 1,890 francs. Les valeurs industrielles se maintiennent en grande faveur : Gaz à 1,440, Omnibus à 1,065, Voitures à 715, Compagnie Transatlantique à 600, Suez à 2,825.

Les actions des Chemins Autrichiens et Lombards n’ont pas varié de prix, 660 et 220, non plus que les Méridionaux à 655. Celles du Nord de l’Espagne et du Saragosse ont faibli, sur la moins bonne tenue de la rente Extérieure.


Le directeur-gérant : CH. BULOZ.