Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 108.djvu/482

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Deodoro da Fonseca s’est décidé à trancher le nœud militairement en dispersant le congrès et en ressaisissant la dictature.

Voilà où cette expérience de deux ans de république ramène le Brésil ! La révolution a commencé par un coup de main militaire, elle revient à un coup d’État militaire. Seulement on sent bien que ce n’est pas une solution, que ce n’est qu’une aventure de plus. Que va faire le général da Fonseca de sa dictature ? Eût-il le succès du moment, le succès apparent, l’état politique, moral du Brésil ne reste pas moins ce qu’il est. Que peut la dictature ? Rien n’indique jusqu’ici que le coup d’État du 5 novembre soit le commencement d’une réaction monarchique ; mais il peut préparer une dangereuse anarchie dans d’immenses provinces facilement accessibles aux idées séparatistes, et ce qui s’est appelé pompeusement un instant la « république des États-Unis du Brésil » pourrait n’être qu’une république divisée, livrée à toutes les dissensions intestines.

CH. DE MAZADE.


LE MOUVEMENT FINANCIER DE LA QUINZAINE.




Il s’est produit, à la dernière liquidation, le singulier phénomène d’un mouvement violent de baisse sur nos fonds publics, coïncidant avec l’inscription à la cote de taux de déport variant de 3 à 10 centimes. Le déport indique le manque de titres ; or les offres ont été tellement fortes, ou, à défaut d’offres, les livraisons de titres précédemment vendus, que la rente a perdu plus d’une unité en vingt-quatre heures. Le 15 octobre dernier, la rente 3 pour 100 était à 96,17 ; le 31, elle se tenait à 85,65 et le cours de compensation était même fixé à 95,80. Le lendemain, on cotait au plus bas 94,85 et les jours suivans, on vit même 94.50. Le cours de 95 francs a été repris dans la seconde semaine de novembre, après que furent terminées les opérations de la liquidation, laborieuse et prolongée outre mesure ; le 13, de nouvelles ventes ont fait coter 94,60.

La baisse du 3 pour 100 a servi en quelque sorte à donner la mesure barométrique du mouvement bien plus violent qui se déchaînait sur les fonds étrangers. Un point de réaction sur la rente française cor-