Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 108.djvu/139

Cette page n’a pas encore été corrigée


Son abandon pour trois trimestres entraînera un sacrifice que la prudence commande d’évaluer à 32,500,000 francs et non à 30 millions parce que le trafic des lignes ferrées est beaucoup moins actif dans les mois d’hiver que dans les mois d’été. M. Rouvier compte que l’abolition complète de l’impôt sur les transports en grande vitesse, autres que les voyageurs, les bagages, les articles d’argent et les chiens, occasionnera pour le trésor une nouvelle perte de 5 millions et demi. Le sacrifice total fait par le trésor serait donc de 38 millions. Le ministre estime que ce sacrifice sera couvert par le produit du nouveau tarif des douanes, qu’il évalue à 38 millions, mais dont il se refuse à attendre davantage ; il compte en même temps sur le développement normal du trafic pour mettre le trésor et les compagnies à l’abri de toute perte. Cette confiance, peut-être excessive, appelle quelques observations.

D’après l’arrangement intervenu entre le ministre et les compagnies, et basé d’ailleurs sur les conventions de 1883, l’État abandonne la surtaxe de 10 pour 100 sur toutes les catégories de voyageurs : les compagnies ne sont tenues à aucun sacrifice correspondant pour les voyageurs de 1re classe, mais elles doivent réduire de 10 pour 100 le prix des places en 2e classe et de 20 pour 100 le prix des 3es classes. La réduction totale sera donc de 10 pour 100 pour la 1re classe, de 20 pour 100 pour la 2e classe et de 30 pour 100, c’est-à-dire de près d’un tiers, pour la 3e classe. Il en résultera une modification profonde dans l’échelle adoptée jusqu’ici pour les tarifs. Actuellement, si l’on veut bien ne pas tenir compte de légères divergences dans la façon dont les compagnies ont établi leurs calculs, on peut considérer que le prix de la 2e classe équivaut à 75 pour 100, ou aux 3/4 du prix de la 1re classe, et que le prix de la 3e classe n’en représente que 52 pour 100, c’est-à-dire un peu plus de la moitié. C’est ce que démontre le petit tableau suivant, emprunté au tarif de diverses compagnies :


1re classe 2e classe 3e classe
Paris à Calais 36 fr. 35 27 fr. 25 19 fr. 95
Paris au Havre 28 fr. 10 21 fr. 05 15 fr. 45
Paris à Brest 75 fr. 10 56 fr. 35 41 fr. 35
Paris à Lyon 63 fr. 05 47 fr. 30 34 fr. 70
Paris à Marseille 43 fr. 30 32 fr. 50 23 fr. 85

Or, par l’effet des réductions simultanées qui vont être opérées, le prix de la 1re classe pour Calais ne descendra qu’à 32 fr. 72, tandis que le prix de la 2e classe sera abaissé à 21 fr. 80, et celui