Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 107.djvu/317

Cette page n’a pas encore été corrigée


une calèche peinte en bleu, tous les fers en argent, attelée de six chevaux nains pas plus gros que des ânes, avec un petit postillon et un petit hussard habillés, l’un en veste rouge toute couverte de galons d’argent, l’autre en robe bleue, sabre et bonnet garnis de plaques d’argent. Toute chamarrée de diamans, elle tenait les guides des chevaux, escortée de deux valets de pied déguisés. Cette magnificence blessa si fort les amours-propres féminins et la pudeur publique que les brocards recommencèrent à pleuvoir, et le roi lui-même décocha, dit-on, une épigramme rimée à son cousin M. l’abbé. Quelques jours après, dans la grande loge des danseuses, on examinait les avantages et les inconvéniens d’une fortune rapide ; l’une d’elles ayant opiné que les diamans sont la croix de Saint-Louis de cet état, Mlle Cartou prit la parole et s’adressant aux envieuses de la Leduc : « Hé ! mes pauvres filles, s’écria-t-elle, vous n’entendez rien à votre bonheur ; au métier que nous exerçons toutes tant que nous sommes, il est mille fois plus agréable de faire sa fortune sou à sou que d’un seul coup. » Cependant ces extravagances de grands seigneurs s’entassaient obscurément dans l’âme du peuple, contribuant à composer le dossier d’où sortira l’acte d’accusation de la vieille monarchie. Il faut, lorsqu’on étudie le XVIIIe siècle, avoir sans cesse sous les yeux ces onze dernières années qui se dressent en face de l’ancien régime comme la conclusion après les prémisses, comme le juge devant le coupable. Une conclusion extraordinaire en apparence, un juge passionné, d’une âpre logique, qui ignore les circonstances atténuantes, la douceur du pardon et les injustices du droit strict.

Ami des lettres plutôt que vraiment lettré, Clermont eut de bonne heure le goût des choses de l’esprit. D’Alembert raconte qu’à vingt ans il avait, sous le titre de Société des arts, institué une espèce d’académie qui devait embrasser tout ensemble les lettres, les sciences et les arts mécaniques. Pour suivre ce projet grandiose, les rédacteurs des statuts prétendaient non-seulement marier chaque art mécanique à la science dont cet art peut tirer des lumières, ainsi l’horlogerie à l’astronomie, la fabrique des lunettes à l’optique, mais, par une conception baroque qui rappelle un peu les utopistes de l’île de Laputa, ils avaient imaginé d’accoler chacun de ces arts à la partie des belles lettres qu’ils croyaient s’y rapporter le mieux : le brodeur à l’historien, le teinturier au poète. Ce qui est plus sérieux, c’est que notre prince eut toujours la curiosité éveillée de ce côté : il crut même avoir un jour composé une pièce de théâtre, Barbarin ou le Fourbe puni, œuvre assez médiocre que Collé, sans autre forme de procès, attribue à son secrétaire des commandemens, M. Dromgold ; il