Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 104.djvu/871

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES GRANDES EXPLOITATIONS AGRICOLES DE L’ARRONDISSEMENT DE MONTPELLIER.


La culture de la vigne en France, sauf les exceptions qu’entraînent diverses causes, et en premier lieu l’influence de l’altitude, est bornée au nord par une ligne sinueuse, oblique par rapport aux méridiens, qui, partant à peu près de l’embouchure de la Loire, passe au sud du Mans, au nord de Paris et aboutit au point où la Meuse quitte la France pour couler en Belgique. Mais cette même culture est loin d’être distribuée d’une manière uniforme au midi de la limite septentrionale ; elle se développe, au contraire, d’une façon très inégale et très irrégulière. Avec une carte où l’on figurerait l’étendue des surfaces vinicoles par un signe conventionnel quelconque, on constaterait que la grande extension de la vigne se concentre autour de deux noyaux jouant le rôle du double foyer d’une ellipse, si l’on veut bien admettre cette assimilation géométrique.

L’une de ces régions est formée par le département de la Gironde, auquel on peut rattacher l’Armagnac et, dans une certaine mesure, les Charentes, dont les vignobles ne sont malheureusement pas