Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 103.djvu/825

Cette page n’a pas encore été corrigée


Magyars. Ses Novelles portent comme en-tête : « Irène, grand Basileus et Autocratôr des Romains. » De nouveau le pouvoir est délégué à des eunuques, Staurakios et Aétius. Le règne de cette princesse usurpatrice, souillée du sang de son fils, ne fut pas sans gloire. Charlemagne rechercha sa main, et le pontife de Rome travaillait à ce mariage, qui eût refait l’unité de l’Église chrétienne et de l’empire romain. A la fin, l’aristocratie byzantine fut soulevée d’un nouveau sentiment de révolte contre le règne d’une femme. Profitant d’une maladie d’Irène, alors retirée dans sa campagne d’Éleuthère, sept patrices formèrent un complot et proclamèrent l’un d’eux, le grand-logothète Nicéphore. Irène, arrêtée dans sa villa, obtint seulement de se retirer dans un couvent qu’elle avait bâti dans une île voisine de Constantinople. Bientôt Nicéphore, craignant qu’elle ne sortît une seconde fois de sa retraite, l’exila dans Lesbos. Elle y mourut après quelques mois de captivité, absoute par l’Église orthodoxe, qui s’obstinait à ne voir en elle que la restauratrice du culte des images, « la pieuse Irène d’Athènes. »

Un rôle analogue, sous la dynastie phrygienne, fut dévolu à Théodora, fille d’un officier du thème de Paphlagonie et femme de l’empereur Théophile. Ce prince, comme ses trois prédécesseurs, détruisait partout les images et faisait brûler les mains aux moines qui les peignaient. De nouveau, l’orthodoxie proscrite trouva un refuge dans le gynécée impérial, auprès de la vieille impératrice Euphrosyne et de la Basilissa Théodora. Celle-ci faillit être trahie une première fois par un nain du harem qui parla au Basileus des « belles images » de l’Augusta ; elle réussit à persuader à l’empereur que son bouffon avait pris des miroirs pour des tableaux, et l’indiscret fut fouetté. Un autre jour, une des filles de l’empereur lui raconta qu’Euphrosyne, après avoir distribué des friandises aux petits enfans, leur faisait baiser des poupées (ninia) qu’elle tenait cachées sous son lit.

Ces poupées ne demandaient qu’à sortir du gynécée et de dessous le lit de l’impératrice douairière pour reparaître sur tous les autels de l’Orient. Le premier soin de Théodora, quand la mort prématurée de son mari la laissa régente sous le nom de son fils, fut de convoquer le concile de Constantinople (842), et, comme celui de Nicée, il rétablit le culte des images. Le patriarche iconoclaste fut déposé et reçut deux cents coups de fouet ; les évêques tremblèrent, les moines et le bas clergé exultèrent ; les confesseurs, les martyrs du règne précédent, les pieux artistes aux mains brûlées reparurent à la cour. L’un d’eux, Théophane, sur le front duquel le défunt empereur avait fait imprimer au fer rouge des vers injurieux, fut invité à une sorte de banquet des victimes que présidait l’impératrice. Celle-ci exprimait le regret devant Théophane de ne