Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1890 - tome 102.djvu/547

Cette page n’a pas encore été corrigée


son particulier très importans ; .. mais après tout, s’il a dessein sur mon employ et que son but soit de me déposséder pour faire les finances de son chef ou sous les ordres de son éminence, je ne puis le regagner ou le radoucir… Mon frère l’abbé est un des plus dangereux que j’aye… » Puis, il confesse ses défauts ; et si ce n’est pas explicitement l’ambition, c’est l’amour du grand, c’est la libéralité, c’est la dépense. Il a offert Vaux au cardinal et il eût bien voulu qu’il l’acceptât, « parce que, dit-il fièrement, donner une chose de cette nature est une action plus grande et plus extraordinaire que de l’avoir faite. » Il parle de Belle-Isle, qu’il fait fortifier, sans doute, puisqu’on lui a donné l’ordre de l’acquérir « pour la bien défendre ; » ce sera quelque jour sa retraite : « J’ai eu, ajoute-t-il pour conclure, j’ai eu du bien de mon chef, j’en ai eu davantage de ma femme. Les revenus ont produit de quoi faire de la dépense avec ce que la surintendance fournit : .. Il est donc vrai que, dans la position incertaine où je suis et qui peut m’être ôtée d’heure à autre, pour m’y être fait des ennemis, j’ai été bien aise de me voir une retraite, avec espérance, si je me trouve hors d’emploi, d’y aller finir mes jours en assurance et y servir Dieu, éloigné de tout le monde. »


V

La paix était faite, Louis XIV marié. Mazarin avait achevé son œuvre ; en dépit de ses petitesses de caractère, de ses bassesses d’âme, l’œuvre était grande ; il avait et méritait le renom d’un diplomate consommé, d’un politique habile. S’il eût eu, comme la maladie plutôt que l’âge l’y conviait, le courage de se retirer et de jouir en repos de sa gloire, il eût été, selon la véritable acception du mot, un premier ministre émérite ; mais il tenait, il se cramponnait au pouvoir, comme à l’argent, comme à la vie. L’idée qu’on put aspirer à sa succession lui était odieuse, et c’était un grief sérieux contre Foucquet qu’il parût comme un candidat en expectative. Guy-Patin, méchante langue, se faisait l’écho d »s mauvaises paroles qu’il entendait : « Foucquet est haï ; mandait-il à ses correspondans ; il sera disgracié et dépouillé. » C’était lui qui racontait avec jubilation un esclandre dont l’antichambre de Mazarin aurait été le théâtre. Au sortir du conseil, l’abbé Foucquet y aurait accosté le surintendant et lui aurait chanté pouille, lui reprochant ses voleries, criant qu’il cachait en terre l’argent de la France, qu’il dépensait des 30 millions en bâtimens et plus en table que le roi, qu’il entretenait on ne savait combien de femmes ; sur quoi le surin tendant aurait renvoyé l’abbé à la duchesse de Châtillon et à