Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 96.djvu/671

Cette page n’a pas encore été corrigée


pourra pas comprendre la beauté de ce nouveau spectacle qui s’impose à sa raison : — Qu’elle ne sache pas encore ! se dit-il avec effroi. — Mais tôt ou tard elle saura ; et après plusieurs mois de lutte cruelle se produit une confession qui est peut-être la scène la plus belle et la plus forte du livre tout entier. Robert revient d’Oxford, où il a vu Grey, le premier qui ait laissé tomber dans son oreille des paroles alors inintelligibles, mais qui lui sont revenues depuis sur « les origines de la mythologie du christianisme, » il a tout dit à son ancien maître, les commencemens de son travail historique, l’élargissement graduel des horizons de son esprit, l’ascendant exercé sur lui par le génie et la science du squire ; il aime encore, et autant que jamais, ce qu’il a aimé, mais il a de nouvelles vues et il se trouve de nouveaux devoirs ; rien au monde ne le déciderait à prêcher un sermon de Pâques aux fidèles qui ont le droit de lui demander une foi absolue au miracle matériel. Il sait que plus d’un prêtre, arrivé au même point que lui, est resté dans l’Église d’Angleterre ; mais de pareils compromis lui feraient horreur. Et naturellement Grey l’approuve, l’encourage. Il revient épouvanté de ce qui lui reste à faire dans la petite maison, si heureuse jusque-là, où sa jeune femme l’attend, penchée sur un livre. — « A la clarté de la lampe, elle fut frappée de la pâleur grise de son visage. Ce qu’elle lui dit en ce moment, il ne le sut jamais ; mais jamais non plus il n’oublia son regard. Il mit un bras autour d’elle et tandis qu’il la tenait pressée contre lui, elle sentait le trouble qu’il ne pouvait contenir la pénétrer :

— Robert ! cher Robert ! s’écria-t-elle en s’attachant à lui. Quelque mauvaise nouvelle ? .. Tu me caches quelque chose… Qu’est-ce ?

On aurait cru entendre la plainte d’un enfant. Les sourcils du recteur se contractèrent plus douloureusement encore :

— Ma chérie ! ma chérie ! ma bien-aimée femme ! — Et il baisait ses cheveux, avec un mélange déchirant de pitié, de remords et d’amour.

— Dis-moi tout, Robert !

Il la guida doucement à travers la chambre, loin des lumières, jusqu’à un siège bas où il l’assit, puis, tombant à genoux devant elle, ses mains dans les siennes :

— Ma femme, ma chère femme, tu m’as aimé, n’est-ce pas, — tu m’aimes ? ..

Elle ne put répondre que par une pression suppliante de ses doigts glacés. Alors il continua, toujours à genoux :

— Catherine, tu te rappelles un soir où tu es venue dans mon cabinet, un soir où je t’ai dit que j’étais dans la peine. As-tu deviné ce que cette peine pouvait être ?