Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 93.djvu/960

Cette page n’a pas encore été corrigée


de fois peut-il recomposer son ministère, sans finir par s’user lui-même ? Le malheur est que dans ces parties violentes ou stériles engagées entre les hommes, c’est toujours l’intérêt de la paix, de la sécurité, de la monarchie libérale de l’Espagne qui est l’enjeu !


CH. DE MAZADE.

LE MOUVEMENT FINANCIER DE LA QUINZAINE.

Lorsque le mouvement de hausse qui s’est poursuivi pendant les quatre premiers mois de l’année s’est arrêté, assez brusquement, au milieu de mai, la spéculation, très fortement engagée sur la rente française et sur la plupart des fonds étrangers, n’a pas hésité à procéder pendant la seconde quinzaine du mois à de nombreuses réalisations. Les cours ne pouvaient rester longtemps à la hauteur où ils avaient été portés ; il fallait avancer encore ou reculer. Les premières ventes, celles des grands banquiers, ont décidé la question ; la spéculation moyenne a suivi ; à la fin de mai, les fonds d’états avaient uniformément fléchi d’une à deux unités.

La question des reports devait déterminer les mouvemens pendant les semaines suivantes. La liquidation a démontré que les positions à la hausse n’étaient que très partiellement dégagées et le report s’est aussitôt tendu. On a coté 0 fr. 24 en moyenne sur le 3 pour 100, au lieu de 0 fr. 21 le mois précédent et 0 fr. 12 fin mars. Le taux de loyer de l’argent s’élevait en même temps à 4 1/2 ou 5 pour 100 en moyenne sur les autres fonds et sur la plupart des valeurs. La liquidation s’est faite alors en baisse, confirmant les prévisions les plus répandues.

La réaction ne s’est cependant pas continuée après la liquidation, ou du moins elle a épargné tout d’abord les rentes françaises pour se limiter à quelques fonds étrangers et à un certain nombre de valeurs. Mais ce ralentissement dans la marche de la réaction a coïncidé avec une diminution très marquée dans l’importance des transactions ; on a moins offert, mais il ne s’est pas présenté plus d’acheteurs. La Bourse a pris l’aspect qu’elle présente habituellement dans la période d’été,