Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 93.djvu/930

Cette page n’a pas encore été corrigée


explorateurs les plus illustres savans, diplomates, marins, soldats, de toutes les nationalités, écrivains et artistes en quête du style et de la couleur, chercheurs d’aventures, qu’attire le péril, gentilshommes blasés qui veulent fuir pour un temps le boulevard. Mais il faut se borner, et se reposer. L’univers ne se dévore pas en une seule étape. L’énumération des pays qui ont été décrits dans le Tour du monde formerait à elle seule un cours de géographie. Nous devons cependant, avant de prendre congé de l’univers, adresser nos remercîmens et nos félicitations à ceux qui ont conçu et exécuté cette grande publication, qui est toute française et qui honore notre pays, en servant la science, la politique, la civilisation et l’Immunité. Le Tour du monde est dirigé, depuis l’origine, par M. Edouard Charton, dont le nom est attaché à toutes les œuvres qui ont pour objet de vulgariser l’instruction, et particulièrement l’instruction populaire. C’est la librairie Hachette qui a entrepris cet immense travail, sous la direction de M. Emile Templier, avec le concours de M. Onésime Reclus, et qui n’épargne ni soins ni dépenses pour le maintenir au niveau de l’éclatant succès qui l’a accueilli dès le début. Les dessins, confiés aux plus habiles artistes, s’ajoutent au texte, rendant la lecture plus utile et plus attrayante. Rien que pour ses dessins, il a été dépensé près de 4 millions. Mais la puissance des capitaux, si grande qu’elle soit, risquerait de demeurer stérile, si l’œuvre, qu’elle a suscitée et qu’elle entretient si libéralement, n’était point conduite par une intelligence supérieure, qui s’applique constamment à discerner les légions dont l’étude répond aux préoccupations de l’heure présente, à faire le choix de ce qui peut avoir pour nous le plus d’intérêt, et à découvrir quelquefois les voyageurs. Ce témoignage est bien dû aux auteurs de la publication et à leurs collaborateurs. Le Tour du monde est vraiment l’Exposition universelle du globe.


C. LAVOLLEE.