Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 93.djvu/848

Cette page n’a pas encore été corrigée


médecins, des forgerons, des charpentiers, et l’on défendit aux blancs de s’établir parmi eux sans leur autorisation.


III

Ainsi, l’on peut diviser en deux groupes les peuplades de race cuivrée : les unes, cantonnées dans le Territoire-Indien, sur la rive droite du Mississipi ; les autres, éparpillées dans une centaine de réserves, grandes et petites, le long de la frontière du Dominion et dans les Montagnes-Rocheuses. Depuis 1878, le congrès vote annuellement un crédit destiné à la solde et à l’entretien d’un corps de police indigène, fort de 70 officiers et de 700 hommes, distribués entre les diverses réserves.

Ces tribus disséminées occupent des degrés différens dans l’échelle de la civilisation.

Les Cherokées, les Creeks, les Choctaws, les Chickasaws et les Séminoles, désignés collectivement sous le nom de Cinq nations, fraction la plus civilisée de la race rouge, occupent le territoire indien proprement dit. Six fleuves et un grand nombre de rivières arrosent cette immense réserve qui ne mesure pas moins de 20 millions d’acres. La terre y est très fertile et la douceur du climat y permet les cultures les plus diverses. Comment de si heureuses conditions n’auraient-elles pas tenté les États voisins ? L’Arkansas et le Missouri ont maintes fois revendiqué la possession de ce riche domaine, que le gouvernement fédéral a dû faire protéger par des troupes.

Dès 1808, les chefs et guerriers cherokees rédigèrent un acte nommant des « régulateurs » chargés de réprimer le brigandage et les vols de chevaux, de protéger les veuves et les orphelins, avec le droit de tuer tout coupable qui résisterait à leur autorité. Vingt années plus tard, ils adoptèrent une constitution qui, par additions successives, forme aujourd’hui un volume de 369 pages, dont ce peuple se montre justement fier et qui lui sert à défendre la vie et la propriété.

La législation des Choctaws, non moins remarquable, date de 1834 et leur constitution fut adoptée à Doaksville, le 11 janvier 1860. Elle accorde le droit d’exploitation à tout individu qui découvre une source d’eau minérale ou une mine de charbon. Aussi, plusieurs mines de houille sont-elles exploitées par eux. En 1887, elles ont donné 500,000 tonnes.

Les lois indiennes prêtent une attention spéciale à l’instruction publique. La constitution cherokee déclare que, « l’éducation et la