Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 93.djvu/724

Cette page n’a pas encore été corrigée


L’assemblée générale des actionnaires de la Banque d’escompte a eu lieu le 28 et a fixé le dividende de 1888 à 15 francs par action.

La souscription au capital du nouveau Comptoir national d’escompte a été entièrement couverte par les porteurs d’actions de l’ancien Comptoir. Celles-ci sont cotées aujourd’hui 92 fr. 50 au lieu de 80, à cause de meilleures nouvelles sur les négociations qui se poursuivent à Londres en vue de la reconstitution du marché des cuivres. Le nouveau Comptoir se négocie avec une prime qui s’est élevée de 50 à 85 francs.

Les actions de nos grandes compagnies de chemins de fer ont reculé vivement, le Lyon de 1,398.75 à 1,350, le Nord de 1,840 à 1,810, le Midi de 1,240 à 1,225, l’Orléans de 1,385 à 1,360. L’Ouest et l’Est n’ont guère varié. Les recettes se maintiennent en plus-value chaque semaine sur les chiffres de 1887.

Le Nord de l’Espagne, qui avait dépassé 400 francs, a été ramené à 376.25, le Saragosse est resté à 305.

Les Lombards ont de fortes augmentations de recettes dont la continuation aurait pour résultat une amélioration décisive de la situation de la société. De là des achats de 260 à 270, mais ce titre a été ramené ensuite à 260 ; le dividende pour 1888 a été fixé à 5 francs.

Les Chemins autrichiens sont délaissés à 515. Le dividende de 1888, malgré d’importantes augmentations de recettes, ne dépasse pas 18 fr. 50, soit 1 franc seulement de plus que le chiffre de 1887. D’autre part, une assemblée extraordinaire devait statuer, le 31 mai, sur un projet d’acquisition des chemins de fer orientaux. La majorité du comité parisien ayant rejeté ce projet, l’assemblée extraordinaire ne sera pas tenue, n’ayant plus d’objet.

Le Suez a reculé de 42 francs à 2,337.50. Les recettes sont actuellement moins brillantes que pendant les mois précédens. Le dividende, pour 1888, est de 89 fr. 38 brut et 84 fr. 30 net.

Les voitures n’ont pu se soutenir au cours de 850 et ont été ramenées à 810. La Transatlantique a reculé de 620 à 610. Les Messageries maritimes ont tenu leur assemblée le 28 et fixé le dividende à 30 fr. comme pour 1887.

La nouvelle d’un accord entre le liquidateur du Comptoir d’escompte et les représentans des principales mines de cuivre, anglaises et américaines, a raffermi les cours de ce métal à 41 livres sterling et relevé les prix du Rio-Tinto à 291.25, du Tharsis à 90 et du Cape Copper à 75.


Le directeur-gérant : CH. BULOZ.