Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 92.djvu/764

Cette page n’a pas encore été corrigée


parmi les grands personnages du règne, le prince Eugène est un vrai fidèle, dont la loyauté demeure toujours intacte, exempte d’arrière-pensée et au-dessus du soupçon. Partout ailleurs, on entend ou l’on pressent des craquemens, des bruits sinistres ; d’en haut, l’alarme descend, se propage dans l’armée et retentit jusque dans les derniers rangs. En 1815, le soldat a toujours pleine confiance en lui-même et en Napoléon ; « mais il est ombrageux, défiant avec ses autres chefs… Tout mouvement qu’il ne comprend pas l’inquiète, il se croit trahi [1]. » A Waterloo, des dragons qui passent, sabre en main, de vieux caporaux crient à l’Empereur que Soult, Vandamme, qui en ce moment même sont en train de se battre, haranguent leur troupe contre lui ou désertent ; que le général Dhénin, qui a repoussé une charge, et dont la cuisse est fracassée par un boulet, vient de passer à l’ennemi. Le mécanisme qui, depuis quinze ans, jouait si bien, s’est déconcerté de lui-même, par son propre jeu ; ses rouages engrenés se désarticulent ; dans leur métal, qui semblait solide, une fêlure s’est déclarée : les divinations de l’instinct populaire la constatent ; les exagérations de l’imagination populaire l’élargissent, et subitement toute la machine s’effondre. — C’est que Napoléon y a introduit, comme moteur central, comme universel ressort, le besoin de parvenir, l’émulation effrénée, l’ambition sans scrupules, bref, l’égoïsme tout cru, en premier lieu son propre égoïsme, et que ce ressort, tendu à l’excès [2], détraque, puis démolit sa machine. Après lui, sous ses successeurs, le même mécanisme jouera de même, pour se casser de même, au bout d’une période plus ou moins longue. Jusqu’ici, la plus longue de ces périodes a duré moins de vingt ans.


H. TAINE.

  1. Mémorial. 26 août 1816.
  2. Travels in France during the years 1814 and 1815. (Edinburgh, 1816, 2 vol.) — L’auteur, très bon observateur, résume ainsi le principe du système : « Donner de l’emploi, de l’animation, de l’encouragement à tous les hommes du talent, actifs et d’esprit entreprenant. » Nulle autre condition : « La naissance, l’éducation, le caractère moral, étaient complètement mis de côté. » — De là aussi le défaut général du système. « Les Français (ceci est à la lettre) n’ont pas l’idée qu’un homme puisse se charger, volontairement et sans la perspective d’une récompense, d’un devoir envers son pays. Il n’entre pas dans leurs têtes qu’un homme encoure aucune responsabilité, s’il néglige ces devoirs publics pour lesquels il ne reçoit aucun salaire régulier. » — En effet, ce sont là des fonctions publiques, accaparées par l’État et réservées par lui à ses fonctionnaires.