Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 92.djvu/742

Cette page n’a pas encore été corrigée


VIII

Mais la Révolution est venue, et les ambitions qui, sous l’ancien régime, s’espaçaient au dehors ou s’amortissaient à domicile, se sont dressées dans l’enceinte du sol natal et déployées tout d’un coup au-delà de toute attente. A partir de 1789, la France ressemble à une fourmilière d’insectes qui muent ; en quelques heures, dans le court intervalle d’une matinée d’août, il leur pousse à chacun deux paires de grandes ailes ; ils s’enlèvent et tourbillonnent ; ils se heurtent entre eux ; beaucoup tombent, se brisent à demi et se remettent à ramper comme auparavant ; quelques-uns, plus forts ou plus heureux, montent et brillent dans les hauts chemins de l’air. — Par les décrets de la Constituante, les plus hauts chemins et tous les chemins ont été ouverts à tous, non pas seulement pour l’avenir, mais dès l’instant même. Destitution brusque de tout le personnel commandant, dirigeant ou influent, politique, administratif, provincial, municipal, ecclésiastique, enseignant, militaire, judiciaire et financier ; appel aux places de tous ceux qui les convoitent et qui ont bonne opinion d’eux-mêmes ; abolition totale des conditions préalables, naissance, fortune, éducation, ancienneté, apprentissage, mœurs et manières, qui ralentissaient et limitaient l’avancement ; plus de garanties ni de répondans : tous les Français éligibles à tous les emplois ; dans la hiérarchie légale et sociale, tous les grades conférés par l’élection plus ou moins directe, par le suffrage de plus en plus populaire, par la simple majorité numérique ; par suite, dans toutes les branches du gouvernement, de l’autorité et du patronage central ou local, installation d’un personnel nouveau ; transposition universelle qui partout substitue l’ancien inférieur à l’ancien supérieur [1], « des avocats aux magistrats, des bourgeois aux ministres d’État, des ci-devant roturiers aux ci-devant nobles, des soldats à des officiers, des officiers à des généraux, des curés à des évêques, des vicaires à des curés, des moines à des vicaires, des agioteurs à des financiers, des empiriques à des administrateurs, des journalistes à des publicistes, des rhéteurs à des législateurs, et des pauvres à des riches ; » escalade accélérée de tout l’escalier social par quelques-uns, en quelques sauts, depuis le plus bas degré jusqu’au plus haut, depuis le grade de sergent jusqu’à celui de général en chef, depuis

  1. La Révolution, II. 17, 30. (Articles de Mallet-Dupan, Mercure de France, 30 décembre 1791 et 7 avril 1792.) — Napoléon (Mémorial, 3 septembre 1816) porte le même jugement et constate dans la révolution le même caractère essentiel ; elle consistait à dire à tous ceux qui remplissaient les administrations, qui possédaient toutes les charges, qui jouissaient de toutes les fortunes : Allez-vous-en. »