Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 92.djvu/727

Cette page n’a pas encore été corrigée


DERNIERE PARTIE [1].


VI

Maintenant que l’Etat vient de répartir à nouveau les charges et devoirs qu’il impose, il faut qu’il répartisse à nouveau les droits et avantages qu’il confère. — Des deux côtés, bien avant 1789, la justice distributive était en défaut, et, sous la monarchie, les exclusions choquaient autant que les exemptions ; d’autant plus que, par une double iniquité, dans chaque groupe d’hommes, l’ancien régime distinguait deux groupes, l’un auquel il accordait toutes les exemptions, l’autre auquel il faisait subir toutes les exclusions. C’est que, depuis les origines, dans la formation et l’administration du royaume, le roi, pour obtenir les services, l’argent, la collaboration ou la connivence dont il avait besoin, avait toujours traité avec des corps, ordres, provinces, seigneuries, clergé, églises, monastères, universités, parlemens, communautés de professions, d’arts ou de métier, familles, c’est-à-dire avec des pouvoirs constitués, plus ou moins difficiles à soumettre, et qui, avant de se

  1. Voyez la Revue du 15 mars et du 1er avril.