Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 92.djvu/473

Cette page n’a pas encore été corrigée



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.




14 mars.

Il n’y a point à s’y méprendre, nous sommes engagés dans une redoutable partie dont l’enjeu est la paix, la dignité, la liberté de la France. Quelque illusion qu’on puisse se faire sur l’influence calmante et bienfaisante de l’Exposition, la situation reste et restera ce qu’elle est, avec ses chances et ses périls. La lutte est ouverte, et la première question est de savoir si on laissera grandir le mouvement qui emporte le pays depuis quelque temps, si on n’a vraiment à opposer à ce mouvement que des subterfuges et des expédiens, des procès et des saisies de petits papiers, ou bien enfin si l’on se décidera à recourir au seul moyen sérieux et efficace, à la politique des réparations nécessaires et de l’apaisement moral. Tout est là. Si les élections étaient encore loin, on pourrait essayer de temporiser, de louvoyer, et, en gagnant du temps, se flatter de voir s’épuiser ou s’user tous ces mécontentemens et ces irritations qui éclatent à tout propos, tous les jours et sous toutes les formes; mais ces élections, elles sont à quelques pas devant nous, redoutables, mystérieuses : on ne peut ni les ajourner ni les éluder. Six mois à peine nous séparent de ce scrutin vers lequel tous les regards sont déjà tournés et d’où sortira le grand secret des vœux, des impatiences on des volontés de la France. C’est le rendez-vous désormais prochain, la seule affaire sérieuse, et d’ici là, il faut bien se dire que tout compte, que les actes utiles, comme les fautes, peuvent avoir leur influence, que dans cette lutte ouverte, en un mot, tout peut dépendre de ce qu’on fera pour le pays. Ce qui n’est point douteux, c’est que le gouvernement, qui est le premier engagé, serait aussi le premier intéressé à prendre une position nette dans cette mêlée où se confondent tant de passions, d’arrière-pensées et de calculs. Il devrait comprendre qu’il n’a rien à gagner à s’attarder dans d’impuissantes équivoques, à essayer de se faire pardonner les inspirations les meilleures par des commentaires destinés à desarmer