Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 92.djvu/233

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.




28 février.

Ainsi c’est fait, la comédie est jouée. Il y a un cabinet de plus inscrit au martyrologe ministériel, il y a un cabinet nouveau inscrit parmi les pouvoirs éphémères qu’une fortune ingrate réserve à la France. Ce n’est point sans peine à la vérité, ce n’est pas sans bien des tâtonneniens, des négociations, des pourparlers et des combinaisons essayées ou abandonnées tour à tour, qu’on est arrivé à façonner de pièces et de morceaux un ministère pour le mettre à la place du ministère qui a disparu dans une bagarre improvisée ; mais enfin on y est arrivé. C’est fait, et par une ironie secrète des choses, M. Floquet, qui avait succédé il y a dix mois à M. Tirard parce que la chambre venait de juger qu’il y avait urgence à reviser la constitution, M. Floquet a aujourd’hui pour successeur M. Tirard à la suite d’un vote par lequel la chambre déclare qu’il n’y a plus du tout urgence à s’occuper de la revision. Ainsi l’a décidé la logique d’une assemblée qui a passé sa vie à tout brouiller, à tout saccager, à mêler l’opportunisme au radicalisme, à se contredire, et à renverser des ministères pour finir par l’aveu d’une irrémédiable impuissance. Le 14 février, à quatre heures de relevée, le nouveau miracle de confusion était accompli !

Ce n’est point, certes, que la mésaventure de M. Floquet soit un événement dont le pays ait h se plaindre ou qu’elle ait même rien d’imprévu. C’est le hasard qui avait fait le président du dernier cabinet, c’est le hasard qui l’a défait. Il a accumulé dans sa carrière de quelques mois tous les désordres, toutes les fantaisies de dèsorganisation qu’un radicalisme infatué peut se permettre. Aidé par ses collègues, il n’a fait qu’ajouter à l’incohérence des institutions et des lois, au trouble moral, à l’anarchie financière, et il n’a su qu’aggraver les mécontentemens et les irritations du pays. Parce qu’il a dû un succès momentané