Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1888 - tome 89.djvu/664

Cette page n’a pas encore été corrigée


comme l’avait déjà fait A. Smith, le sens du mot subsistances [1], et en l’étendant à des besoins variables suivant les habitudes, le climat, les conditions du travail, les nécessités de l’éducation, de l’apprentissage, etc.. [2] ; mais ils conservent le même point de départ et donnent la même base à la théorie, en supposant que, par la puissance supérieure des entrepreneurs, profitant de la concurrence des ouvriers, la rémunération du travail est, sauf des fluctuations passagères, réduite à ce qui permet l’entretien et la reproduction des travailleurs. Stuart Mill, constatant que, dans la réalité, le salaire s’est souvent élevé au-dessus de ce niveau, va jusqu’à prétendre que c’est là un effet de la pure bienveillance des capitalistes : « Il y a, dit-il, peu de salaires qui ne devraient être inférieurs à ce qu’ils sont, si les patrons tiraient de la concurrence des bras tout le parti possible [3]. » L’explication est défectueuse, et il semble surprenant qu’un esprit aussi perspicace que Stuart Mill ait pu attribuer, d’une façon générale, aux patrons, des mobiles de pure générosité peu compatibles avec les rigoureuses nécessités de la lutte industrielle. La véritable cause de l’écart des faits et de la théorie n’était-elle pas une confusion regrettable et d’ailleurs facile à éclaircir entre le salaire minimum et le salaire normal ? Que le salaire égal aux subsistances fût le salaire minimum, sauf dans des temps exceptionnels et forcément courts, c’est ce qu’il n’était pas difficile de démontrer, en définissant par subsistances les matières indispensables à l’existence ; que ce fût le salaire le plus habituel du temps de Turgot ou de Smith, le fait est probable, puisque ces illustres observateurs le constatent sans hésitation, avec cette réserve établie par Smith, et après lui par presque tous les économistes, que le mot subsistances doit être pris dans un sens plus large que ne l’avait fait primitivement Turgot ; que, même avec cette extension dans la définition, le salaire dût forcément être enfermé dans ces limites étroites, ni Turgot, ni Smith, ni Say, ne l’avaient formellement prouvé ; il était réservé à d’autres maîtres,

  1. Turgot lui-même, écrivant à Hume une lettre qui a été reproduite récemment pour la première fois par M. Léon Say (Turgot, p. 49), disait : « Il faut encore que l’ouvrier trouve un certain profit pour subvenir aux accident, pour élever sa famille. »
  2. Ainsi A. Smith fait remarquer que les ouvriers les plus pauvres ne se contentent plus, de son temps, de la nourriture, des vêtemens et du logement qui leur suffisaient autrefois : « Ce qui prouve que ce n’est pas seulement le prix pécuniaire du travail, mais que c’est aussi la rémunération réelle qui a augmenté. » — J.-B. Say insiste beaucoup sur ce que les habitudes des hommes influent grandement sur leurs besoins, et que « la mesure de ce qu’il faut pour vivre dépend en partie des habitans du pays où se trouve l’ouvrier. » C’est ce point de vue qui, en général, a été adopté par l’école.
  3. Principles of political economy, vol. I, chap. II.