Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1888 - tome 89.djvu/655

Cette page n’a pas encore été corrigée


deux monts Balkans, où s’élève le Nefté-dagh (montagne de naphte). Une expédition organisée, en 1867, par le gouvernement de Krasnovodsk, a constaté que, sur une surface de 1,092 hectares, à une profondeur de 4 à 6 mètres, le naphte se trouve en nappes liquides.

L’ingénieur Danilof, qui visita la contrée en 1881, trouva que le plateau de la montagne, d’environ 2 kilomètres de longueur, est revêtu d’une écorce plastique de 0m, 06 d’épaisseur d’ozokérite contenant de la paraffine. Cette espèce de naphte épais, sortant d’environ quinze bouches volcaniques de boue, descend lentement le long du versant de la montagne, et le sol en est si fortement imprégné, qu’il suffit de le creuser à une profondeur de moins de 1 mètre pour que l’excavation soit immédiatement remplie de naphte.

Au sud du Nefté-dagh, dans la direction de la rivière Atrek, la steppe turkmène paraît également contenir de riches dépôts de pétrole, surtout dans les parages des collines désignées par le nom de collines blanches, argentines et vertes.

Des dépôts plus ou moins considérables de pétrole ont été constatés dans plusieurs autres localités de la contrée traversée par les monts Balkans ; tels sont ceux que le savant ingénieur Kanchin a découverts dans les dépressions sablonneuses au pied de ces monts, et seulement à 30 kilomètres des stations (Balan-ichem et Aïdine) de la voie ferrée transcaspienne. Ils sont représentés par deux collines nommées Naphta-dagh et Buja-dagh, composées en grande partie d’argile et marnes salifères diversement coloriées, imprégnées de naphte. Les restes organiques recueillis dans ce terrain prouvent qu’il appartient à l’époque miocène, et par conséquent à peu près au même âge que les dépôts de naphte de l’île de Tchelikène et de la péninsule d’Apcheron. Le terrain dont il s’agit occupe une surface de 8 à 9 kilomètres carrés, et les quelques puits qu’on y a foncés donnent déjà annuellement 1,000 tonnes de naphte. Des indices de dépôts de naphte se présentent également à Tchikichlar. Les dépôts de naphte susmentionnés, dans la proximité de la voie ferrée transcaspienne, ont une importance toute particulière ; ce sont ces parages qui servent de point de départ au vaste réseau de chemins de fer qui va établir une communication à travers Merv et Samarcande avec l’intérieur de l’Asie centrale, et répandre au loin le précieux combustible recueilli à son foyer même.

Bien que les dépôts de pétrole aient été constatés particulièrement dans la partie de la steppe turkmène, où se trouvent les monts Balkans, il est certain qu’on ne manquera pas d’en découvrir sur beaucoup d’autres points de cette immense surface. Ainsi, on a