Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1888 - tome 89.djvu/354

Cette page n’a pas encore été corrigée


I. L’Administration de la ville de Paris, par Maurice Block et Henri de Pontisch, 1 vol. in-8° ; Guillaumin. — II. Denys Cochin, Paris, Quatre années au conseil municipal, 1 vol. in-12 ; Calmann Lévy. — III. Joseph Ferrand, les Pays libres. — IV. Études de M. Ernest Brelay dans l’Economiste français. — V. Rapports de MM. Cordier, Planteau, Folliet, à la chambre des députés. — VI. Paul Robiquet, Histoire municipale de Paris.


I

Un décret du 22 mars 1888 autorise l’érection d’une statue à Danton en face de l’École de Médecine : il omet de dire si les bas-reliefs figureront les massacres de septembre. On aurait tort de s’en étonner. Est-ce que, depuis deux ans, Jean-Paul Marat, tribun du peuple, n’a pas, square Montsouris, son monument, Marat, déjà célébré par M. Monteil devant l’assemblée de l’Hôtel de ville dans un rapport où, concluant à l’achat du tableau de David représentant la mort de ce martyr de la réaction, il le consacrait grand homme et saint du calendrier révolutionnaire ? A-t-on oublié les rues débaptisées, les délibérations pour remplacer leurs noms par d’autres noms plus significatifs : Louis Blanc, l’Abbé Grégoire, Barbès, Blanqui, Delescluze, émeutiers de plume, de parole et d’action, régicides, communistes, malfaiteurs intellectuels ? De telle sorte qu’une promenade dans Paris remplace un cours d’histoire démagogique, et