Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1888 - tome 89.djvu/233

Cette page n’a pas encore été corrigée


couverture du récent volume de M. Hugues Le Roux… Belle Petite, c’est le dialogue à peu près quotidien d’une femme entretenue, entretenue d’une façon incertaine et médiocre, avec le gentleman ou le rastaquouère qui est son principal client, avec le camarade qui la distrait, avec sa bonne. — La Fin de Lucie Pellegrin, c’est la mort d’une Dame aux camélias, mais d’une Dame aux camélias de l’Élysée-Montmartre ; et l’Armand Duval qui reparait au chevet de son lit de mort, qui fait le coup de poing et tire la savate contre ses compagnes de bals publics, gardiennes de son agonie, c’est une petite femme habillée en homme… — Enfin la part du peuple ! .. En famille, dans une misérable boutique, c’est la réunion des enfans, sous la présidence du père, le jour de la fête de la mère. Il est receleur, le père, et sa femme l’aide dans son commerce ; les fils, qui reviennent chaque après-midi, rapportent généralement au fonds commun le fruit de leurs veilles ; la fille, installée dans ses meubles ; n’est plus qu’un ornement extérieur de la famille. En ce jour solennel, cependant, la nichée est au complet. Un des garçons est arrivé en retard : c’est que, ce matin, il a vu guillotiner son meilleur ami, le fournisseur le plus actif de la maison. Pour le consoler, il faut que sa sœur l’emmène à la promenade* « comme dans le temps, de l’autre côté des fortifications… »

… Les documens que nous venons d’avoir l’honneur de vous présenter sur les mœurs de la société contemporaine, il n’est que juste et opportun de le dire, nous les devons, pour la Prose, à M. Gaston Salandri, pour la Sérénade, à M. Jean Jullien ; pour la Pelote, à MM. Paul Bonnetain et Lucien Descaves ; pour Esther Brandès, à M. Léon Hennique ; pour Monsieur Lamblin, à M. George Ancey ; pour les Quarts d’heure, à MM. Gustave Guiches et Henri Lavedan ; pour Belle Petite, à M. André Corneau ; pour la Fin de Lucie Pellegrin (tirée d’une nouvelle du même auteur), à M. Paul Alexis ; pour En famille, à M. Oscar Méténier, — et pour l’ensemble donc ! à M. André Antoine… Il mérite assurément que le Dictionnaire des contemporains lui donne cette qualité, qu’il attribuait naguère à M. de Lesseps : « promoteur français ! » On connaît à présent la matière des pièces jouées au Théâtre Libre ; nous aurons bientôt l’honneur d’en étudier la façon, — et l’on jugera si elle constitue un nouvel art dramatique.


LOUIS GANDERAX.