Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1887 - tome 84.djvu/964

Cette page n’a pas encore été corrigée


récemment à la cote officielle, s’y négocient à 500, après être parties de 250 il y a quelques semaines. De 250 également, les Bulfontein ont atteint 490 francs.

Sont venus ensuite les titres des mines de cuivre. Le métal, qui valait 40 livres sterling la tonne il y a peu de temps, a monté à Londres jusqu’à 75 livres, en brûlant toutes les étapes. L’action de Rio-Tinto a monté parallèlement de 180 francs à 480 francs, suivie de titres dont on avait presque oublié l’existence, comme le Domingo, qui vaut aujourd’hui 350, et le Tharsis, qui de 80 en septembre a été porté à 166.

La Société Industrielle des métaux ne pouvait que s’associer à une si vive reprise ; de 485 la voici élevée à 800 francs. Les actions d’Aguilas (plomb argentifère) valaient 37 en septembre ; on les cote maintenant 92. Le Vigsnaes (mine de cuivre de la Scandinavie), oublié il y a deux mois à 82, monte en une journée de 100 francs, et vaut actuellement 230. Le Malfidano (zinc) n’a gagné que 30 francs de 995 à 1,025, mais la Vieille-Montagne (mine de zinc également) s’est élevée de 200 à 260. De même certaines mines d’argent : le Laurium est à 550 après 480, le Lexington à 90 après 50 ; et des mines d’or, comme l’Uruguay, 150 après 80 ; le Golden-River, 490 après 195 ; le Callao, 160 après 90 francs.

Les autres valeurs ont eu leur part de hausse, actions de banques, de chemins de fer, d’entreprises industrielles diverses. Du 10 novembre au 13 décembre, la Banque de France a gagné 100 francs, la Banque de Paris 16, le Crédit foncier 40, le Crédit lyonnais 13, le Mobilier 14 la Banque du Mexique 15, la Banque ottomane 12.

Sur le Suez, 100 francs de reprise ; sur le Panama, 90. La spéculation haussière poursuit partout le découvert formé sur primes depuis plusieurs mois. Forte reprise également sur le Gaz de 1,305 à 1,347 francs. Le Lyon gagne 15 francs à 1,255, le Midi 7 à 1,171, le Nord 26 à 1,566, l’Orléans 15 à 1,315. Les Chemins étrangers n’ont pas été aussi favorisés. Ceux d’Autriche n’ont guère varié, ceux d’Espagne ont assez vivement baissé et ont repris quelque peu dans les derniers jours. Les Omnibus, les Voitures, les Docks, les Transatlantiques, presque tous les titres industriels de bonne réputation, sont recherchés comme placement.

Sur le marché des obligations, un fait intéressant et caractéristique : les titres, jouissance juillet, du Lyon, du Midi, du Nord, de l’Orléans et de l’Ouest, sont tous au-dessus de 400 francs (410 le Nord, 405 le Midi et l’Orléans). Les autres, jouissance octobre, se tiennent à 398 ou 399. L’obligation Nord de l’Espagne atteint 381, celle du Saragosse 360, celle des Autrichiens 404.


Le directeur-gérant : C. BULOZ.