Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1887 - tome 84.djvu/857

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


promit d’assister à la signature du contrat, mais il voulut que le mariage fût célébré à la chapelle du contrôle-général, rue Neuve-des-Petits-Champs [1]. Le contrat fut passé, le 4 décembre 1771, par Me Duclos-Dufresnoy, notaire de l’abbé Terray. Lavoisier était alors âgé de vingt-huit ans ; sa fiancée en avait quatorze : tous deux avaient perdu leur mère en bas-âge, mais Lavoisier, plus heureux que Mlle Paulze, élevée au couvent, avait eu l’affection maternelle de la chère tante Punctis. Lavoisier était grand [2]; il avait les cheveux châtains et les yeux gris, la bouche petite, un aimable sourire, un regard d’une grande douceur. Mlle Paulze était de taille moyenne [3]; elle avait les yeux bleus très vifs, les cheveux bruns, qui, dans ses portraits, sont recouverts, à la mode du temps, d’une perruque blonde fort disgracieuse, la bouche petite, un teint d’une grande fraîcheur.

L’assistance était nombreuse à la signature du contrat, dans les salons de l’hôtel d’Aumont ; plus de deux cents personnes étaient présentes, gentilshommes, savans, hommes d’état, fermiers-généraux, dames de la cour, de la finance ou de la bourgeoisie : M. Bertin, ministre-secrétaire d’état ; M. de Trudaine, intendant des finances, M. de Sartine, lieutenant-général de police ; M. Demars, conseiller de la chambre des comptes ; haut et puissant Jacques-Joseph-Marie Terray, chevalier, ministre d’état, contrôleur-général des finances ; Terray de Rozières ; Montigny, maître des requêtes ; des fermiers-généraux : Bouret, Douet, Grimod de la Reynière, Danger, Faventines, Puissant, Gigaut de Crisenoy, Delahante, Didelot, etc. ; l’Académie était représentée par d’Alembert, Cassini de Thury, Bernard de Jussieu [4]. Parmi les dames se trouvaient Mme la duchesse de Mortemart, la marquise d’Asfeld, la comtesse d’Amer val, Mme de Chavigny, Mme de Rozières, etc. ; c’était toute une compagnie choisie d’hommes distingués et de femmes élégantes. Le notaire, trouvant sans doute Mlle Punctis et Mme Lalaure [5]de trop mince condition, ne les a pas énumérées dans la liste des témoins ; mais Mlle Punctis, qui assurait à son neveu 50,000 livres au jour de son décès, réclama comme donataire l’honneur de signer le contrat avant tous les témoins, quelque haut placés qu’ils fussent, et apposa sa signature immédiatement après les jeunes époux et les pères ; de même pour Mme

  1. Lettres de Caze et de Terray de Rozières à Paulze.
  2. 5 pieds 4 pouces, 1m, 72.
  3. Elle avait 5 pieds, 1m, 62.
  4. Guettard voyageait alors en Italie ; il avait envoyé de Rome ses félicitations à son jeune ami.
  5. Marie-Marguerite Frère, mariée à Nicolas Lalaure, avocat au parlement et censeur royal on jurisprudence, était grand’tante de Lavoisier.