Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1887 - tome 84.djvu/220

Cette page n’a pas encore été corrigée


Le Code civil et le Théâtre contemporain, par M. Félix Moreau, agrégé à la faculté de droit d’Aix. Paris, 1887 ; Larose et Forcel.

On a fait des brochures sur la Langue et sur la Science du droit dans les comédies de Molière, et, à peine ai-je besoin de le dire, on y prouvait que Molière, éminent sans doute comme auteur dramatique, ne le fut guère moins comme jurisconsulte et comme praticien. Encouragé par cet exemple, un jeune agrégé de la faculté de droit d’Aix, M. Félix Moreau, qui s’excuse modestement de n’avoir encore « qu’une douzaine d’années d’études juridiques, » vient d’écrire, lui, tout un volume, de près de trois cents pages, sur l’Ignorance de la loi dans le théâtre de M. Dumas fils. A la vérité, ce n’est pas le titre de son livre, et, en le précisant, nous le paraphrasons, mais c’en est bien l’esprit et c’en est le fidèle résumé. « J’ai voulu rechercher, nous dit-il, quel emploi M. Dumas a fait de nos Codes, ou plus exactement de notre Code civil, et s’il n’a pas commis d’erreurs juridiques. » Voilà la préface et le dessein de M. Moreau ; et voici ses conclusions : « J’ai montré que M. Alexandre Dumas n’a que les apparences d’un jurisconsulte,.. que l’austère science du droit ne se laisse pas conquérir d’emblée par les intelligences les plus brillantes,.. et que l’on ne peut accorder aucun crédit à un législateur dont la passion va jusqu’à modifier et altérer les textes de la loi pour les besoins de sa critique. »