Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1887 - tome 81.djvu/872

Cette page n’a pas encore été corrigée


terrain jurassique traverse le calcaire de l’oolithe ; elle est soutenue par les argiles imperméables du lias, de sorte que la jonction de ces deux assises est marquée par un alignement de sources, jaillissant souvent sur le flanc des coteaux et entourées d’habitations, sortes de signaux pour le spectateur placé à distance. A ce niveau, le pays messin nous offre, par exemple, les sources et les villages de Gorze, de Novéant, de Vaux, de Mance, de Montvaux, de Jussy, de Scy, de Lessy, de Plappeville, de Saulny, de Pierrevillers, de Rombas ; les eaux de Gorze ont été conduites par les Romains à Metz dans d’élégans aqueducs, et on les y a ramenées récemment, ne pouvant mieux faire que d’imiter le peuple-roi. Sauf de rares exceptions motivées, comme à Longwy, par la nécessité de la défense, l’absence d’agglomération se fait, au contraire, remarquer sur les plateaux calcaires, où les puits ne peuvent atteindre l’eau qu’à de grandes profondeurs. Cette nappe abondante et régulière se retrouve exactement au même niveau et avec des caractères semblables dans beaucoup de parties de la France, de l’Allemagne et de l’Angleterre ; partout son affleurement a constitué une cause d’attraction réelle pour les populations.

Tandis que les plateaux crayeux de la Champagne manquent de sources, il en jaillit de fort abondantes au pied de leurs escarpemens. Beaucoup d’entre elles portent le nom générique de Somme, parce qu’elles sont l’origine ou le sommet d’un ruisseau, comme Somme-Suippe, Somme-Vesle, Somme-Tourbe, Somme-Bionne et au moins une quinzaine d’autres. Autour de ces sources, non loin de régions arides et presque désertes, se sont établis des villages, empruntant, comme par reconnaissance, leurs noms aux eaux qui leur ont donné la vie. Cette sorte de paternité n’est pas rare. En France, un grand nombre de localités, telles que Fontainebleau, Fontanat, Fontanille, Fontvannes, Fontoy, tirent leurs dénominations des mots latins fons et fontanetum, et quelques-unes, comme Fontenoy et Fontenay, se répètent un grand nombre de fois. Le fait se reproduit en Italie et en Espagne, où plus de huit cents noms ont la même origine. Il en est encore ainsi en Allemagne pour Brunn, Bronn, Born ; la ville de Paderborn s’est établie sur quarante sources qui donnent naissance à la Pader. Non loin se trouve Lippspring, mot qui exprime le jaillissement de la Lippe. Cette racine spring, en Angleterre et aux États-Unis, comme celle d’Aïn au nord de l’Afrique, rappelle la même idée. Eau, Aix, Aiguës, Acqua, Agua, Water, figurent également dans bien des vocables, avec la signification d’eau de source.

L’influence des couches imperméables se manifeste par d’autres bienfaits. Aux environs de Paris, les marnes vertes de l’étage à gypse, avec leurs frais ombrages qui les font reconnaître de loin,